Navigation – Plan du site

Des normes spatiales aux normes temporelles : le polymorphisme de la médicalisation

Conférence présentée à la MSH Paris Nord, le 10 décembre 2008, dans le cadre de la journée d’études doctorales
Nicolas Moreau

Texte intégral

1Stérilité, apparence déplaisante, organes fatigués ou malades, refus de vieillir, la science médicale a la mainmise sur des domaines pour lesquels la prière, la sorcellerie ou encore la résignation représentaient les solutions vers lesquelles les hommes se tournaient depuis des siècles. La médecine actuelle s’empare de nos visages, de notre intérieur organique, de nos mystères génétiques comme du trou noir de la conception. À en croire Atlan, elle capturerait même dans le filet de ses réalisations techniques les rêves et fantasmes qui ont hanté l’imaginaire des hommes depuis des millénaires, ces fantaisies que l’on jugeait folies, apanage des dieux ou des mondes sans limites des histoires d’enfants.

2De fait, le corps n’a jamais autant été soigné qu’aujourd’hui. Confirmant les analyses de Foucault, les vingt dernières années ont doté la médecine, tant somatique que psychiatrique, d’une capacité de gestion des différents « systèmes » du corps humain, jusque-là inégalée. Or ce « corps-machine » (pour reprendre la terminologie foucaldienne) dont s’emparent le discours et la pratique médicale s’inscrit dans une conception de plus en plus idéologique de la santé, où la pathologie est conçue comme la punition d’un écart par rapport aux normes en vigueur, normes biologiques, socioculturelles, voire morales.

3Permettez-moi ici un petit aparté. Je comprends le concept de norme en tant que mesure se référant à une moyenne. Dans cette perspective, le couple normal/anormal, normal/pathologique, conforme/non-conforme ne s’oppose qu’en termes statistiques, sans barrière catégorielle. Notons également qu’il n’est pas possible d’échapper à cette mesure. Nous nous comparons systématiquement à elle, même si c’est pour la rejeter. Autrement dit, on ne peut pas vivre ni penser en dehors des normes sociales.

  • 1  L’auteur recommande ici l’ouvrage de Turner Regulating Bodies. Essays in Medical Sociology.
  • 2  Voir les travaux d’Alain Ehrenberg par exemple.

4L’existence contemporaine tourne ainsi de façon prédominante autour de la recherche constante d’un bien-être physique et psychique, d’une sécurité intérieure et relationnelle, dans une culture thérapeutique imprégnant l’ensemble du social. Cette imprégnation accrue de l’influence médicale a abondamment été abordée par la littérature sociologique, que ce soit à travers les analyses de la médicalisation de la ménopause1 ou du phénomène de la dépression2. Définie par Peter Conrad comme le processus par lequel des problèmes non médicaux sont traités par le filtre de la maladie ou du trouble, la médicalisation prend la forme d’un investissement toujours plus poussé du « corps objet » et d’un élargissement de la catégorie du pathologique qui devient une potentialité contre laquelle il convient de s’outiller. Si cela était déjà le cas depuis longtemps pour les maladies somatiques, le phénomène de prévention concerne maintenant les troubles mentaux. À ce titre, le site Internet du ministère québécois de la Santé demeure des plus instructifs :

Prévenir la maladie mentale
Plusieurs facteurs de risque menacent la santé mentale. Alors qu’il s’avère difficile, voire impossible d’agir sur certains d’entre eux, il est possible de contrer les autres. S’il est impossible, par exemple, d’influencer l’hérédité ou certaines caractéristiques biologiques négatives, on peut réduire le stress auquel est soumise une personne en agissant sur son milieu de vie (famille, école, travail) et sur sa façon de gérer le stress ou en modifiant ses conditions de vie (niveau de revenu, qualité de l’environnement physique, etc.).

5À travers l’analyse de plusieurs domaines d’interventions médicales, je vais essayer de montrer que le phénomène de la médicalisation semble actuellement changer de paradigme, passant d’un investissement de l’espace du corps à une modification de son inscription temporelle.

1. 1. Un espace corporel modifié

  • 3  Voir ici, en outre les travaux de David Le Breton.

6Foucault fait du corps la topie première de l’être humain, ce lieu auquel il ne peut échapper. Définissant l’espace de notre existence, le corps n’en est pas moins simultanément l’acteur principal de toutes les tentatives utopiques. En effet, parce que l’être humain cherche fondamentalement (voir ontologiquement) à s’y soustraire, le corps a toujours fait l’objet de multiples transformations. Que ce soit dans les sociétés traditionnelles ou dans l’environnement contemporain, le corps, conçu comme contour charnel, n’a donc cessé d’être modifié permettant au sujet de mieux correspondre aux normes sociales en vigueur (marques sur la peau, maquillages, ou de nos jours, musculation, tatouages, etc.). Le corps apparaît ainsi comme le lieu privilégié d’inscription du social, porteur de la marque d’un groupe autant que des stigmates qui l’en excluent3.

7Dans cette transformation des corps, la médecine occupe une place centrale. Fondée scientifiquement sur le savoir donné par la dissection, puis par celui des connaissances physiologiques apportées par l’approche expérimentale, la médecine appréhende le corps comme un fragment d’espace. Celle-ci instaure une normalisation calquée sur sa représentation anatomique, travaille à en faire une cartographie et à se doter des moyens de le maîtriser dans ses dysfonctionnements.

8L’accroissement du savoir sur le corps couplé à celui des possibilités techniques et chirurgicales actuelles dessinent ainsi l’image d’un corps modifiable à l’infini sans autre limite que celles des interventions actuellement possibles. Si la science-fiction a décrit abondamment cette hybridation du corps, cette dernière fait aujourd’hui partie de la banalité de la médecine : organes greffés, pace makers et autres prothèses se fondent dans l’espace intime du corps. Tel un brouillon inlassablement rectifié, le corps est désormais remplaçable en pièces détachées, remodelable, lissé, voire programmable, carte génétique à l’appui.

9Accessible dans le mystère de ses organes, le corps l’est également dans son extériorité visible. La chirurgie esthétique permet ainsi de modifier notre corps, comme reconstruire un fessier, au regard du corps rêvé ou vanté par l’idéal en vigueur.

1. 2. Une régulation des corps fondée sur l’espace

10Selon les époques et les paradigmes, la régulation des corps malades dans l’espace a pris différentes formes. Si la médecine des espèces prône pour la maladie (et je cite ici Foucault dans Naissance de la clinique) « une spatialisation libre sans région privilégiée, sans contrainte hospitalière » il, se met en place, au milieu du xviiie siècle, une nouvelle ère tant médicale que sociale, où la répartition des sujets va se faire en mettant en place des espaces clos. L’hôpital général, par exemple, va enfermer dans un même lieu les pauvres, les fous, les vagabonds, les sans-abri, les insoumis. Cette structure n’a pas grand chose de médical et on y retrouve un certain nombre de personnes dites déviantes, enfermés davantage pour contrôler des comportements gênants vis-à-vis de la morale et de l’ordre que pour entamer un quelconque processus de guérison. Les asiles mis en place un peu plus tard, même s’ils se distinguent de l’hôpital général par leur organisation et leur objectif, ont une approche similaire : isoler un certain nombre de sujets dans des espaces particuliers.

11Dans les sociétés contemporaines occidentales, il semble que ces techniques d’isolement spatial soient de moins en moins présentes. Les pratiques de désinstitutionalisation, actuellement très en vogue, permettent ainsi de renvoyer les individus dans leur milieu de vie, en régulant leurs comportements et symptômes par la prise surveillée de médicaments psychotropes.

12Sur ce point précis, je me dois, compte tenu de l’actualité, d’ouvrir une petite parenthèse. En effet, le 2 décembre 2008, le président Sarkozy annonçait un retour à une politique d’enfermement ainsi que la mise en place d’un dispositif de géolocalisation pour les patients présentant des troubles mentaux sévères (ce qui consiste à assujettir les sujets à un territoire donné). Je dois vous avouer que j’ai été surpris par cette annonce qui s’inscrit en porte à faux en regard des propos que je tiens aujourd’hui devant vous. Pour autant, est-ce à dire que ce que ma conférence n’a plus de sens ? Honnêtement, je ne crois pas. En effet, il s’agit pour moi (et à la lecture que j’ai pu en faire, de nombreux psychiatres français abondent dans ce sens) d’un dispositif normatif caduc de gestion des problèmes psychiatriques. C’est d’ailleurs dans cette perspective qu’il faut comprendre le tôlé survenu suite aux propositions du président français. En effet, entre devoir ingérer un médicament modifiant chimiquement les réactions de notre cerveau et respecter un territoire géographique prédéfini, difficile de dire quelle est la forme de régulation des conduites la plus humaine (ou la moins barbare). En fait, poser cette question n’a pas vraiment de sens puisque cela dépend du contexte social, autrement dit, ici des normes sociales dominantes. Ainsi, la condamnation du plan de sécurisation du président Sarkozy vient, en réalité, appuyer mon hypothèse sur la fin de la régulation des comportements potentiellement problématiques au travers des politiques spatiales et ce au profit d’une gestion temporelle que je qualifierais de ProZaïque tant les médicaments psychotropes (symbolisés ici par le ProZac) ont pris une place prépondérante dans ce processus de régulation.

2. 1. Le nouvel enjeu : la maîtrise des temps du corps

13Ma principale hypothèse est donc que la médicalisation porterait moins aujourd’hui sur un encadrement objectivé du corps (c’est-à-dire sur le corps matière et dans l’espace social) que sur la possibilité de modifier à travers le corps, ses repères symboliques. La prise en charge médicale dont fait l’objet le corps semble ainsi changer de paradigme et se fonder sur une inscription temporelle inédite du corps, à travers notamment le contrôle du temps biologique. Je vois ici deux niveaux. Le premier est définit par les temps de naissance et de mort et le second, par la place tout à fait nouvelle du corps dans la triade passé présent avenir.

1er niveau

14En ce qui a trait au premier niveau, ce contrôle du temps biologique se marque tout d’abord par la médicalisation des bornes de l’existence, au niveau de la naissance et de la mort. Une des fonctions essentielles de la biopolitique déjà révélée par Foucault consiste en une surveillance accrue des naissances et des morts :

  • 4  Michel Foucault, Histoire de la sexualité, vol. I, La Volonté de savoir, Paris Gallimard, 1976, p. (...)

« [La biopolitique] est centrée sur le corps-espèce, sur le corps traversé par la mécanique du vivant et servant de support aux processus biologiques : la prolifération, les naissances et la mortalité, le niveau de santé, la durée de vie, la longévité avec toutes les conditions qui peuvent les faire varier; leur prise en charge s’opère par toute une série d’interventions et de contrôles régulateurs […] »4

La naissance

15Les techniques de procréation médicalement assistées, en rendant possible le « gel » d’un embryon à son stade originaire, instaurent une rupture paradigmatique dans la « gestion » de la vie humaine. La reproduction se voit donc possiblement modifiée dans sa modalité (accès à une reproduction en dehors d’une relation sexuelle), mais également dans sa régulation temporelle (congélation d’embryons surnuméraires). De même, le temps de latence, entre la prise de décision (vouloir un enfant) et le résultat (la grossesse effective) tend aujourd’hui à devenir « anormal » ou difficilement tolérable. Si le corps ne répond pas à l’injonction du désir, la consultation médicale s’impose de plus en plus rapidement. Je cite ici Nicole Athéa « Un exemple éclairant (nous dit-elle) est fourni par la prise en charge des stérilités inexpliquées, ainsi désignées du fait de la négativité des examens qui sont tous normaux : la stérilité en l’absence d’une cause repérable se définit donc par un délai d’attente ». Vous voyez ici que la pathologie se définit strictement par rapport à l’écart à la norme temporelle dominante sans aucune cause étiologique. En ce qui a trait à la grossesse, vous conviendrez que le dépassement du terme entraîne le déclenchement de l’accouchement et une prise en charge médicale imposant parfois une véritable escalade technique.

La mort

16Le contrôle du temps de la mort constitue l’autre facette de cette médicalisation. Le prolongement de grands malades par des appareillages techniques, les débats autour de l’acharnement thérapeutique ou du suicide assisté témoignent de ce besoin de contrôler le terme de la vie.

2e niveau

17Un deuxième niveau rendant compte du changement de paradigme dans la médicalisation actuelle résulte donc de la place inédite du corps dans la triade passé présent avenir. En agissant sur la mémoire transmise par le corps à travers ses gênes, le génie génétique participe d’un processus de normalisation vis-à-vis des corps jugés viables et socialement acceptables (diagnostic génétique préimplantatoire et en cours de grossesse, possibilité d’avortement en cas de handicap détecté, etc.). Le corps ne se réduit pas à une structure matérielle immédiatement présente, mais devient, dans sa substance même, à la fois mémoire du passé et annonciateur de l’avenir, le patrimoine génétique permettant de prédire les maladies que l’individu risque de développer.

18L’exemple de la contraception pharmacologique illustre également la manière dont le corps est inscrit différemment dans une norme temporelle. En effet, les nouvelles pilules supprimant totalement les menstruations (commercialisé aux États-Unis sous le nom Lybrel ou en France selon la technique de prise continue d’œstroprogestatifs vantent pour leur part la possibilité d’une productivité sans limites, les temps « d’arrêt » occasionnés par le cycle biologique se devant d’être jugulés au profit d’un corps que l’on souhaiterait presque stable. Est donc ici voulu un temps continu, sans pause.

2. 2. De l’espace au temps : la modification des formes de régulation des corps

19Ainsi, si la régulation des corps « anormaux », « pathologiques » ou « déviants » dans l’espace social fut effectuée essentiellement par le biais de l’enfermement dans des lieux spécifiques (même si je suis conscient que la dimension temporelle faisait bel et bien partie du processus disciplinaire tel que Foucault le décrit dans Surveiller et punir), tout se passe comme si aujourd’hui cette régulation passait essentiellement par le jeu de normes temporelles. C’est que je m’apprête à vous montrer à présent au travers d’un exemple concret, celui du recours aux antidépresseurs.

20Vous me croirez aisément si je vous dis que le nombre de personnes diagnostiquées dépressives, depuis le début des années 1980, est en constante augmentation dans les sociétés contemporaines occidentales, à tel point que certains en ont parlé comme d’une épidémie. Parallèlement, le recours aux antidépresseurs n’a cessé de croître et ceux-ci sont devenus le traitement de choix de la dépression. Je ne m’attarderai pas ici sur les causes possibles de cette double croissance, mais plutôt sur la façon dont on régule ses symptômes afin de vous montrer la prégnance de la dimension temporelle.

21Mes recherches empiriques sur les effets des antidépresseurs ont montré que leur rôle, sous l’angle temporel, était celui d’une fonction de réinscription du sujet dans un espace normatif. Par exemple, les individus présentant des troubles dépressifs présentaient deux types de situations en ce qui a trait à l’enchaînement des activités. Le premier était celui d’une difficulté à enchaîner les activités, opposée à une succession excessive d’activités. L’antidépresseur semble avoir parfaitement joué son rôle de vecteur de conformité, en désinhibant ou en calmant l’individu afin qu’il puisse enchaîner les activités dans un tempo normalisé. En ce qui concerne le rapport au temps futur, l’antidépresseur semble ramener les individus dans les normes temporelles s’ils présentent un déficit de projet, une difficulté à gérer avec sérénité les événements futurs ou encore une tendance à se projeter de façon trop lointaine. De même, ce rôle de « distributeur » de comportements « normaux » peut être appliqué aux fonctions de coordination et de connexion. Ainsi, l’antidépresseur permit, d’une part, à certains répondants de se présenter aux rendez-vous et, d’autre part, d’être davantage connecté avec soi (aide à la concentration). Il est intéressant de mettre en exergue ici le fait que les antidépresseurs semblent permettre autant une accélération dans l’enchaînement des activités qu’une décélération. De même, une inscription dans le futur n’en exclut pas une dans le présent. Si elles sont multiples, complexes et parfois opposées selon les besoins individuels, ces propriétés présentent toutes la même fonction sociologique, celle d’opérer des distributions autour des normes temporelles en vigueur.

22Si les antidépresseurs permettent donc une normalisation du sujet sur le plan du rapport au temps, constituent-ils, pour autant (et par excellence), l’incarnation contemporaine du bio-pouvoir ? C’est guidé par cette interrogation que je me propose, à présent, de continuer dans l’analyse des antidépresseurs, ce qui me permettra d’aborder une autre forme de pouvoir sur la vie : le psycho-pouvoir (je pense ici à la place de la psychologie contemporaine en tant qu’instrument de légitimation normative et donc de régulation des conduites des sujets).

  • 5 Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders.

23Chez Foucault, le concept de bio-pouvoir s’articule autour de deux pôles : le corps-machine ainsi que le corps-espèce. En ce qui concerne le corps-machine, il apparaît que le corps tel que définit par le DSM5 est un corps muet, c’est-à-dire un corps discipliné, normalisé et réduit en un ensemble de signes et de comportements. Ce corps muet, sans histoire, et tel que défini par le pouvoir psychiatrique contemporain, est tout à fait dans la lignée du corps machine discipliné foucaldien (il est à noter que j’oppose à ce corps-muet, un corps parlant, c’est-à-dire compris dans une histoire singulière, une trame narrative pourrait-on dire).

  • 6  Voir Histoire de la sexualité, vol. I, La Volonté de savoir, op. cit.

24Le second pôle est ce qu’on appelle le corps-espèce (ou bio-politique de la population). Il s’agit6 du « corps traversé par la mécanique du vivant et servant de support aux processus biologiques : la prolifération, les naissances et la mortalité, le niveau de santé, la durée de vie, la longévité avec toutes les conditions qui peuvent les faire varier […] ». Ce corps-espèce n’est nul autre que celui visé par les champs médical et psychiatrique. En effet, ce processus visant la régulation de la vie reflète parfaitement le champ de la santé mentale contemporain qui est presque devenu le problème de santé publique numéro un. À ce titre, le gouvernement du Québec a même décidé de lancer une campagne nationale afin de combattre les préjugés contre le phénomène de dépression. Dans ce contexte, l’antidépresseur n’a donc rien de mortifère (malgré le lien établi entre la consommation d’antidépresseurs et le risque de suicide) ; il investit la vie en tant qu’élément du complexe médical ou plutôt pharmaco-médical si on y inclut les médicaments psychotropes.

25Ainsi, les antidépresseurs constituent bel et bien une forme contemporaine du bio-pouvoir. En effet, nous avons vu qu’une de leurs fonctions principales était de répartir les comportements des individus « dépressifs » autour des normes temporelles en vigueur et ainsi juguler ce que l’on pourrait qualifier de comportements temporels « déviants » potentiels. Or (et vous ne serez guère étonné que je me réfère ici à Foucault), avec le bio-pouvoir :

  • 7  Michel Foucault, Histoire de la sexualité, vol. I, La Volonté de savoir, op. cit., p. 189.

« Il ne s’agit plus de faire jouer la mort dans le champ de la souveraineté, mais de distribuer le vivant dans un domaine de valeur et d’utilité. Un tel pouvoir a à qualifier, à mesurer, à apprécier, à hiérarchiser, plutôt qu’à se manifester dans son éclat meurtrier ; il n’a pas à tracer la ligne qui sépare, des sujets obéissants, les ennemis du souverain ; il opère des distributions autour de la norme. »7

26Interrogeons-nous à présent sur une technique complémentaire permettant de réadapter l’individu présentant des troubles dépressifs : les stratégies d’inspiration cognitivo-comportementale. Comme c’est le cas pour les antidépresseurs, ces techniques s’inscrivent parfaitement au sein du bio-pouvoir puisqu’elles comprennent l’individu uniquement sous l’angle d’un corps-machine. Ainsi, nous dit Otero : « Pour les partisans du comportementalisme, l’analyse de la situation sur laquelle on veut intervenir devra se faire “en termes de comportement observé ou observable”. » Nul doute que le corps ciblé est ici le même que pour les antidépresseurs, celui d’un corps-muet réduit en un ensemble de signes et de comportements.

27De plus, ces techniques opèrent des distributions autour de la norme. Je cite ici encore Otero qui nous rappelle fort justement que :

  • 8  Marcelo Otero, Les Règles de l’individualité contemporaine. Santé mentale et société, Presses de l (...)

« Dans une perspective cognitive, les stratégies d’intervention doivent se concentrer sur les différentes dimensions des sujets censées réguler leur comportement afin de contribuer à leur adaptation (motivation, attributions, perspective future, habiletés, valeurs, etc.). »8

28Malgré leurs similitudes avec les antidépresseurs, ces techniques (qu’elles soient béhavioriste, comportementaliste, cognitive ou cognitivo-comportementale), semblent beaucoup moins sujettes aux critiques. Cela renvoie à de multiples facteurs que nous n’aborderons pas ici (statut du médicament, représentation et histoire des antidépresseurs, etc.). Néanmoins, il apparaît étonnant d’observer que, bien que ces techniques participent de la même façon à ce que beaucoup dénoncent comme une normalisation du sujet, celles-ci sont peu enclines aux critiques, et ce, particulièrement de la part des associations de défense des patients qui préfèrent axer leur lutte principalement sur les médicaments psychotropes. Soyons clair, je ne fais pas ici l’apologie des antidépresseurs. Mon propos est simplement de souligner que les antidépresseurs et les stratégies d’inspiration cognitivo-comportementale participent du même mouvement.

29Il est d’ailleurs intéressant de constater la place tout à fait surprenante que peut prendre la sphère psychologique comme facteur d’explication dans les domaines les plus divers. Si on simplifie à l’extrême et qu’on exagère un peu le trait, on constate que les psychologues dans le domaine médiatique sont devenus les experts pour commenter n’importe quelle nouvelle. Dernièrement, lors des aveux de dopage de la cycliste québécoise Geneviève Jeanson, nous avons pu remarquer, en plus de la responsabilisation totale de cette pratique attribuée à l’athlète, la psychologisation de l’analyse. Furent mentionnées comme raisons majeures afin d’expliquer son recours à des substances illicites : sa fragilité psychologique, ses relations ambiguës avec son entraîneur, etc.

30La sphère psychologique est devenue tellement englobante qu’elle semble aujourd’hui être en mesure de tout expliquer : l’échec comme la réussite scolaire, le chômage, les problèmes de relations familiales, etc. Bien entendu, ce phénomène est à mettre en lien avec les normes d’autonomie et de responsabilisation. En effet, dans une société où chacun est invité à l’autonomie la plus complète tout en prenant la responsabilité entière de ses actes, il semble qu’on assiste parallèlement à l’émergence d’une psychologisation populaire de l’ensemble des actes sociaux. Wacquant, au travers de son étude sur le milieu carcéral, a très bien montré les dérives absurdes d’une société où chacun (et particulièrement le pauvre ou le délinquant) est l’unique responsable de sa situation sociale.

  • 9  Le dernier livre de Barbara Ehrenreich, On achève bien les cadres. L’envers du rêve américain, est (...)

31Si l’on assiste à la fin des « excuses sociologiques » afin d’expliquer la pauvreté ou le vol, ne serait-on pas également témoin d’une certaine dérive, où une approche psychologique et surtout psychologisante prend le pas sur l’ensemble des explications possibles afin de rendre compte des comportements sociaux les plus divers ? Les tests psychologiques ont déjà remplacé les tests de compétences dans les procédures de recrutement aux États-Unis9. Cependant, cette norme de responsabilisation totale de l’individu à laquelle se joignent certains écrits de croyance personnelle semble plus grave encore.

32Je pense particulièrement ici à « la loi d’attraction », idée selon laquelle la croyance attire la réussite. Selon cette théorie, l’état de pauvreté dans laquelle se trouve une personne s’explique par le fait qu’elle pense comme quelqu’un de pauvre. Dans ce contexte, pour être riche, il suffit simplement de développer des réflexes et des schèmes de pensée positifs. Conséquemment, si cela ne marche pas, c’est parce que le doute s’est installé chez l’individu puisqu’il a émis des ondes négatives. La boucle apparaît ici bouclée.

33Je rappelle pour finir que cette responsabilisation totale de l’individu a des limites tout comme celle d’être soi par soi, qui relève en réalité d’une impossibilité sociologique. Je terminerai sur ces quelques lignes de ma collègue Dahlia Namian :

« Le fait que la consommation d’antidépresseurs soit institutionnalisée comme la réponse adéquate et efficace à la souffrance dépressive montre de nouveau l’impossibilité de l’injonction sociale d’être soi par soi. Le médicament rouvre le rapport à l’autre en témoignant de l’insuffisance chronique du soi, codée comme déséquilibre neuronal ou trouble mental, se manifestant par des dérèglements comportementaux quotidiens. Véritable révélateur des règles de l’individualité contemporaine, à elles seules productrices en creux de l’univers normatif de la dépression, l’antidépresseur nous rappelle donc métaphoriquement que le soi, peu importe ses ressources ou son manque de ressource, est en bout de ligne un autre. »

34L’individu est un être social. Peut-être ne faudrait-il pas l’oublier.

Haut de page

Notes

1  L’auteur recommande ici l’ouvrage de Turner Regulating Bodies. Essays in Medical Sociology.

2  Voir les travaux d’Alain Ehrenberg par exemple.

3  Voir ici, en outre les travaux de David Le Breton.

4  Michel Foucault, Histoire de la sexualité, vol. I, La Volonté de savoir, Paris Gallimard, 1976, p. 183.

5 Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders.

6  Voir Histoire de la sexualité, vol. I, La Volonté de savoir, op. cit.

7  Michel Foucault, Histoire de la sexualité, vol. I, La Volonté de savoir, op. cit., p. 189.

8  Marcelo Otero, Les Règles de l’individualité contemporaine. Santé mentale et société, Presses de l’université Laval, collection « Sociologie contemporaine », 2003, p. 229.

9  Le dernier livre de Barbara Ehrenreich, On achève bien les cadres. L’envers du rêve américain, est une très belle illustration de ce phénomène, (Grasset, 2007).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Moreau, « Des normes spatiales aux normes temporelles : le polymorphisme de la médicalisation », Appareil [En ligne], Articles, mis en ligne le 08 octobre 2009, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://appareil.revues.org/858

Haut de page

Droits d’auteur

contrat creative commons

Haut de page
  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Paris Art
  • Logo crossXwords
  • Logo Rheinsprung11
  • Logo Intermédialités
  • Revues.org