Navigation – Plan du site

Propos sur la flânerie

Éditions l’Harmattan, coll. Esthétiques, février 2009, 348 pages
Suzanne Liandrat-Guigues (dir.)

Résumé

La flânerie est un concept de la modernité rompant avec l’idéal de la perspective hérité de la Renaissance. Fondée sur le décentrement, la discontinuité, la sérialité, en accord avec la déambulation, la foule et la ville, la flânerie na va pas sans changement dans le statut du sujet. C’est à analyser ce changement historique dans la perception et dans le sujet au xxe siècle qu’est consacré cet ouvrage, et ce en continuité avec la pensée benjaminienne.

Haut de page

Image1

Couverture : A. Angeletti, Allegretto d’après 1956, acrylique sur papier, 158x 64 cm, 1985

La flânerie est un concept de la modernité rompant avec l’idéal de la perspective hérité de la Renaissance. Fondée sur le décentrement, la discontinuité, la sérialité d’une part, et d’autre part, sur la montée en puissance du quelconque, sur les devenirs insolites, en accord avec la déambulation, la foule et la ville, la flânerie ne va pas sans changement dans le statut du sujet. La perception devenue flâneuse, se vérifie alors par une capacité à être « appareillée » à l’ère de la reproductibilité technique. Ainsi deux notions clés de la pensée benjaminienne se retrouvent étroitement corrélées (l’appareil définissant une époque tout autant qu’il est caractérisé par une époque) pour assurer un nouveau partage de l’expérience esthétique.

C’est à analyser ce changement historique dans la perception et dans le sujet ainsi que ses prolongements nombreux au xxe siècle qu’est consacré cet ouvrage. Il est la transcription de communications faites au séminaire coordonné par Suzanne Liandrat-Guigues (professeur à l’université Lille 3) à la MSH de Paris Nord, de 2005 à 2007, à l’invitation de Jean-Louis Déotte, responsable de programme et professeur à l’université Paris 8. Cette collaboration entre dans le réseau thématique unissant l’université de Lille 3 (Centre d’étude des arts contemporains et MSH Nord) à l’université de Paris 8.

Contributeurs :
Suzanne Liandrat-Guigues, Michelle Debat, Sébastien Fouquet, Adeline Botmans, Peter Szendy, Alban Pichon, Hervé Aubron, Robert Bonamy, Damien Truchot, Pascal Rousse, Alexandre Costanzo et Daniel Costanzo, Jean-Louis Leutrat, Charlotte Hess, Jean-Louis Déotte, Pierre-Damien Huyghe.

Table des matières

Avant-propos

FLANERIE, ARTS, LITTERATURE
Une perception appareillée – Suzanne Liandrat-Guigues
Flânerie et photographie. Le cadre et les gestes du temps – Michelle Debat
L’avènement du veilleur chez Alberto Giacometti et Stanley Kubrick – Sébastien Fouquet
Comme l’on visite une maison... – Adeline Botman
Le lecteur : flâneur, tacticien ou volage – Peter Szendy

FLANERIE ET CINÉMA
M : le flâneur reconnu – Alban Pichon
Flâner â mort (Benjamin/ Pasolini) – Hervé Aubron
« La rue assourdissante » une flânerie sonore en cinéma – Robert Bonamy
Vers l’intérieur. Les promenades en chambre de Chantal Akerman – Damien Truchot
Le montage selon Eisenstein : Flânerie, monologue intérieur et architectonique des masses – Pascal Rousse
Les territoires émancipés – Alexandre Costanzo et Daniel Costanzo

FLANERIE ET ESTHETIQUE
Modulation et flânerie – Jean-Louis Leutrat
Penser, c’est se déplacer. Vers une flânerie, comme pensée en acte – Charlotte Hess
Le flâneur démocrate – Jean-Louis Déotte
Une expérience sans perspective – Pierre-Damien Huyghe

  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Paris Art
  • Logo crossXwords
  • Logo Rheinsprung11
  • Logo Intermédialités
  • Revues.org