Navigation – Plan du site

La ville qui vient (L'Herne) de Marcel Hénaff

Ed. L’Herne, Coll. Carnets, mars 2008, 236 pages
Frédéric Déotte

Résumé

Il apparaît manifeste que les quatre étapes de la ville selon Marcel Henaff : la cité antique, la ville romaine, la cité médiévale et la cité renaissante, renvoient à une profondeur stratigraphique que la révolution industrielle vient pulvériser en révélant ce qui n'apparaissait pas, à savoir que les flux urbains sont  essentiellement codés. L'auteur, spécialiste de Levi Strauss, décrit les villes comme autant de points singuliers dans des rapports de réseau. Ces réseaux sont topographiques et de circulation. Dès lors la ville contemporaine, ni simplement monumentale, ni simplement machinique, mais post-industrielle, révélerait, mieux que les précédentes, l'essence de toute ville.

Haut de page

Texte intégral

1Le livre de Marcel Hénaff, La ville qui vient, se présente comme une histoire génétique de la ville, à la croisée d'une analyse de concepts (ville-monument, ville-machine, ville-archipel) et d'une philosophie de l'Esprit (au sens hégélien du terme). La thèse en est simple : les Villes Archipels sont les villes qui viennent :

« Cela constitue sans doute l'aspect majeur de la ville contemporaine au point de poser la question de la disparition possible de la monumentalité et même de la forme urbaine traditionnelle. Il s'agit alors d'une dislocation d'un genre très différent de celui provoqué par la révolution industrielle. Non plus une expansion anarchique de la ville vers ses zones de relégation, ces banlieues pauvres et sous-équipées où se concentrent des populations exploitées par la production capitaliste, mais un déploiement très différent tendant à produire un archipel de lieux urbains souvent confortables mais sans projet autre que d'assurer les principaux services dans une juxtaposition d'aires de logements et de bureaux. » (M.H. La ville qui vient, p.114)

2Essayons maintenant de dégager les principaux aspects d'une argumentation à la fois fine dans ses inflexions et précise dans sa conceptualité. L'hypothèse de Hénaff est d'abord que la ville peut être interprétée de deux manières, comme monument et comme machine. Si aucune des deux formes ne peut être pratiquement isolée de l'autre, il est pourtant manifeste que la forme machine finit par supplanter en partie la forme monument jusqu'à la rendre caduque.

3L'espace public change alors de nature et devient à l'époque contemporaine dépendant d'une pensée nouvelle des réseaux. L'intérêt du texte de Hénaff est encore de poser, à propos de cette idée même d'espace public, une question habituellement éludée :

« il y aura lieu cependant de se demander si ce concept d'espace public peut être ou non appliqué ou attribué tel quel à d'autres civilisations et être associé à la visibilité monumentale de anciens royaumes du Moyen-Orient, d'Inde ou de Chine ou des Etats qui leur ont succédé. » (M.H. La ville qui vient, p.13)

4La réponse qu'il apportera à ce sujet sera ambivalente dans la mesure où les éléments de comparaison mis en jeu portent moins sur les institutions politiques que sur les rituels de fondation des villes. Il n'en reste pas moins qu'on sait aussi que le meson de la cité grecque se présente habituellement comme le modèle pour une pensée de la spécificité politique de l'Occident et répond à une exigence cosmologique qu'on peut diagnostiquer en Chine ancienne. Hénaff plaide pour un certain universalisme dans la genèse des formes urbaines (et d'autant plus quand il s'attachera aux études des géographes), mais peut-être est-ce au fond parce que la ville est toujours déjà le lieu des échanges et des formes abstractives, et en ce sens : immédiatement pensable comme localisation sensible de l'Universel. La ville n'est pourtant pas seulement cette insertion intra-cosmique du cosmos, elle est aussi une machine : « la ville est un puissant dispositif de transformation technique et, de ce point de vue, ce monument est nécessairement machine. » C'est là l'autre aspect, l'autre pan de l'expressivité conceptuelle de la ville dont il est question, et dont les formes contemporaines de la ville rendent si lisible l'évidence sensible.

5A partir de la page 29 du texte, commence l'analyse génétique proprement dite :

« Le phénomène urbain est apparu dans les sociétés sédentaires agricoles. La sédentarité ne se réduit pas au fait de répondre aux besoins de nourriture carnée, mais apparaît au moment où émerge un désir neuf de domination de l'ensemble du biotope ».

6Les premières villes sont apparues dans les vallées fluviales :

« transfert des cultures céréalières au bord des fleuves où le sol était fertile et où l'approvisionnement en eau pouvait être constant sous condition de mise en place de canaux d'irrigation. » (M.H. La ville qui vient, p.29)

7Elles se caractérisent ensuite par l'édification de bâtiments rectangulaires :

« l'archéologie nous montre que le mur droit n'est d'abord apparu que pour diviser des maisons rondes, puis s'est émancipé comme étant la solution technique la plus efficace pour gérer le lieu habité et pour le développer. »(M.H. La ville qui vient, p.25)  

8On peut bien sûr l'interpréter dans une premier temps comme lié aux nécessités du stockage. Une autre modification sociale essentielle contemporaine de l'apparition des villes : la séparation en classes.

9Revenons un instant sur la question du monument. La ville s'affirme comme monument. Comment interpréter la ville-monument ? Comme miroir du ciel :

« l'archéologie révèle cette constante : que non seulement la ville appartient au symbolisme religieux, mais que ce symbolisme est spécifiquement lié aux divinités célestes et ceci en opposition à un monde d'en bas qui est présenté comme vaincu. » (M.H. La ville qui vient, p.33)

10Dans cette perspective la ville peut être interprétée comme « l'expression des forces qui refont le monde » au sein du monde. Afin de prendre la mesure de cette caractéristique céleste du rite d'institution de la ville romaine : depuis un trou creusé le mundus [« ici émerge le monde d'en bas où sont refoulées les forces mauvaises (littéralement im-mondes, jetées dans le mundus) »] servant de foyer pour l'identification d'« une ligne idéale autour de laquelle pivote la voûte céleste » s'organise la ville.

« A partir de ce découpage seront inscrites géométriquement sur le sol les limites des différentes parties de la ville : l'enceinte, les rues, les places. » (M.H. ibid, p.37) « La conquête romaine fut de répéter en chaque province nouvelle, en chaque pays soumis à sa puissance et à son autorité, le modèle d'une inscription de la cité de Rome sur le sol du nouveau site : son espace sacré, ses dieux, ses monuments, sa division selon les axes, sa grille de rues et places. » (M.H. Ibid, p.40)

11Un autre modèle de fondation : la Chine ancienne.

« Le fondateur, magnifiquement vêtu, paré de joyaux et armé d'une épée d'apparat, procède à la recherche du lieu le plus approprié pour implanter la cité future. A cette fin, il observe le mouvement du soleil, le rapport des ombres et de la lumière, l'orientation selon les axes cardinaux, la direction des cours d'eau et des vents, la qualité des sols, les rapports du ying et du yang, car de ces conditions climatiques et géomorphologiques dépend l'émanation locale -hsing shih- de l'énergie- ch'i- qui soutient le monde. » (M.H. ibid, p.41)

12La ville-monument passe par la dépréciation de l'espace paysan. Dans le cas de la ville grecque, on trouve les mêmes caractéristiques d'une société hiérarchisée :

« On a ici à faire à une société très hiérarchisée ayant à son somment le wanax (plus tard le basileus) entouré de ses guerriers qui combattent à cheval et forment la classe noble. Le reste de la cité est composé d'artisans (parmi lesquels les forgerons ont un rôle privilégié) et de commerçants ; les paysans cultivent le pays environnant et trouvent refuge dans l'astu en cas d'attaque extérieure. » (M.H. ibid, p. 48)

13L'espace public de la cité grecque est le meson : « celui où est délimitée la place publique et où sont construits les temples » (ibid., p. 49)

14Il semble que l'importance particulière que va jouer la figure du cercle dans la métaphysique provienne de cette institution à la fois religieuse et politique :

« La cité est idéalement un cercle dont tous les points sont à égale distance du centre ; de même le monde est sphérique et réglé par des lois de proportion et d'harmonie que la cité “imite” dans son organisation » (ibid., p. 50)

15L'idéalité du cercle renvoie finalement aux trois formes que sont l'urbanisme, la météorologie et l'astronomie. C'est ainsi qu'on découvre que la règle de compréhension de la ville-monument est  l'analogie :

« On est bien dans l'univers de l'analogie, celui des dispositifs de correspondances réglées entre le monde naturel et le monde construit, et à l'intérieur de celui-ci du rapport équilibré des différents éléments qui le composent, étant entendu que cet équilibre est cela même qui en fait la grandeur et la beauté. » (ibid., p. 55)

16La ville médiévale diverge de la ville antique :

« la ville rétrécit, brouillant le plan initial en damier, en accumulant des constructions qui parasitent les anciens monuments et envahissent les places et les avenues. » (ibid., p.57)

17Les villes médiévales reconstituent instinctivement le camp des tribus nordiques. Nous ne sommes plus dans la culture visuelle et scénique de l'antiquité :

« La ville médiévale a développé spontanément ce que nous appelons l'habitabilité : un espace où il fait bon vivre, où s'établit une familiarité entre les corps et les lieux ; où il est agréable de marcher et de se rencontrer (est-il besoin de dire que cela devrait être aujourd'hui même le souci prioritaire de tout urbaniste et de tout architecte). » (ibid., p.60)

18Hénaff développe la topologie singulière de la ville gothique dont semble pouvoir être déduite la prégnance théorique du couple traditionnel : immanence/transcendance :

« Ce contraste entre l'espace d'habitation et l'église (probablement comparable à celui de la médina et de la mosquée au Maghreb et au Moyen-Orient) résume l'ensemble des rapports de vicinalité/verticalité qui définissent l'atmosphère urbaine du monde médiéval européen, atmosphère dominée par l'intensité du lien social et de la foi religieuse, marquée aussi par la tension entre un réalisme charnel et une spiritualité ascétique. » (ibid.,p. 61)

19Au Quattrocento se produit une double révolution, dans les sciences mathématiques et dans les sciences physiques : l'invention de la perspective et la confirmation du modèle héliocentrique. Cette double révolution répond à une transformation dans l'appréciation de l'espace terrestre. Si

« l'espace terrestre dont le Moyen Âge rappelait constamment la finitude et la fragilité -face à la perfection du monde céleste-, semble pouvoir maintenant trouver en lui-même sa rigueur et son infinitude »

20c'est parce que le sens profond de l'héliocentrisme est que désormais le cosmos est susceptible d'une multiplicité de centres. De son côté, l'invention de la perspective ouvre un nouveau regard sur la ville : « plus qu'un paysage, la ville peut faire l'objet d'un portrait ».

21Cette conception nouvelle de l'espace n'est pas sans rapport avec des modifications survenues dans la pensée politique : la révolution perspectiviste autorise que la position de visibilité optimale coïncide avec celle de la maîtrise souhaitée. La construction des regards du projet mathématique de l'équilibre des perspectives serait alors le correspondant du tournant Machiavel. On assisterait ainsi à la fin de la vicinalité, ou du moins à un retour du modèle antique (la Renaissance).

22La révolution industrielle a été la conséquence directe de la réussite même de la ville. Elle impose une relecture de l'histoire des villes à partir d'un nouveau concept : la megamachine.

« Mais cette machine ne tourne et ne produit que par l'effet d'un encadrement administratif qui garantit l'organisation de la population, assure les services et permet une stabilité du fonctionnement ; c'est dans de telles conditions socio-techniques que le dispositif d'organisation devient un moteur de croissance économique. » (ibid., p. 81)

23Depuis cette nouvelle orientation dans la pensée, il faut comprendre la ville comme un opérateur qui

« délie les individus des prescriptions liées à l'âge, aux lignages et à la différence sexuelle pour les considérer et les constituer sous l'angle de leur compétence technique ou administrative. »(ibid., p. 85)

24Il s'agit d'une machine technosociale. Dans cette perspective le modèle antique de la ville-monument se trouve exténué, la ville devient véritablement Monde. S'affirme un nouveau sentiment : la liberté.

« Si la ville séduit c'est que cette curiosité y est inséparable de cette plasticité des esprits qui s'allie au goût de la liberté et puise dans un sentiment du temps comme promesse illimitée. » (ibid., p. 89)

25Ce qui s'affirme,

c'est « non la gloire des signes et des oeuvres mais la puissance des techniques, des activités de production et des choses fabriquées ; et souvent avec elles, la peine des hommes. » (ibid., p. 91)

26Qu'est-ce qui sous-tend la ville mégamachinique ? Qu'est-ce qui la distingue spécifiquement des formes antérieures ? La rationalité administrative et l'apparition d'une nouvelle condition sociale : le fonctionnaire.

« Le fonctionnaire est d'abord un rouage d'un système d'application des décisions et de maintien des règlements. D'autre part, même s'il est nommé par le pouvoir et en dépend, le fonctionnaire jouit d'une réelle indépendance de jugement et de décision en ceci que son action vise des résultats dans son champ de compétence, non une expression d'allégeance envers le pouvoir politique. » (ibid., p. 93)

27Un autre aspect de la ville moderne est l'importance qu'elle accorde aux grands travaux de construction, ainsi que l'ouverture du marché immobilier :

« Pour que la ville puisse dépasser une simple production locale, pour qu'un phénomène de capitalisation puisse apparaître, il a fallu un autre ensemble de conditions. Or celles-ci étaient juridiques et politiques : il a fallu que soit assuré dans les villes un marché relativement ouvert d'acquisition foncière et immobilière, il a surtout fallu que s'affirme un droit proprement communal qui libère la ville de la tutelle féodale à la fois dans l'établissement des tribunaux, dans la gestion administrative, dans la protection civile et finalement dans l'organisation politique de la communauté. » (ibid., p. 102)

28Le développement de l'industrie a encore favorisé l'émergence des banlieues :

« les villes où se concentrent les grandes industries connaissent une croissance démographique encore jamais vue en triplant ou quadruplant leur population. Commence alors un développement désordonné de l'immobilier d'habitation : c'est l'histoire de ces banlieues sinistres qui domine toute la question urbaine au XIXème siècle et qui reste encore un des problèmes majeurs des métropoles contemporaines. » (ibid., p. 104)

29Cette émergence  répond à un changement complet de la perception de la ville :

« c'est en tant que villes réelles que les cités antiques, médiévales ou classiques étaient perçues comme image du ciel ; maintenant, c'est contre la ville réelle qu'est proposée une image qui s'en veut la négation. » (ibid., p. 107)

30L'émergence des banlieues ouvre sur les villes-archipels ou villes-réseaux. Une des particularités (et des vertus parmi celles déjà indiquées) du livre de Hénaff est sur ce point de donner une importance nouvelle à ce concept de réseau, dans des termes qui trouvent ici une signification fidèle aux enjeux épistémologiques et politiques que soutient ce concept difficile. Partons de la définition donnée par Hénaff :

« formellement, on appelle réseau tout ensemble de points ou de termes interconnectés ; ces interconnexions sont formalisables sous la forme de graphes ; plus précisément, un réseau est un dispositif de relations où chaque terme, par ses liens avec ses termes voisins, est virtuellement relié à tous les autres selon un réquisit de saturation donc de système ».

31Reste qu'il faut encore distinguer deux types de réseaux : les réseaux topologiques et les réseaux rhéologiques (du grec rheîn : couler).

32Le réseau répond à la forme mathématique du graphe :

« dans son usage actuel, le terme ne s'affirme vraiment qu'au début du XXème siècle. En mathématiques, selon Briggs, Lloyd et Wilson, c'est sous le concept de graphe (soit un ensemble de termes ou sommets, dont les liaisons ou arêtes sont munies localement d'une relation d'ordre) qu'émerge celui de réseau (net) ; mais celui même de graphe reste implicite jusque vers la fin du XIXème siècle et apparaît d'abord en rapport avec des problèmes de représentation spatiale de la structure atomique des molécules en chimie. » (ibid., p. 119)

33Et plus loin :

« Avec les réseaux électriques on passe du topologique au rhéologique, de la configuration abstraite aux flux réels ; entre générateur et récepteur, ce qui est en jeu c'est le stockage, la transformation et la distribution des charges d'énergie sur un dispositif qui, quand il est à échelle industrielle peut, s'il s'enraye ou s'effondre, provoquer des coûts techniques et sociaux considérables. » (ibid., p. 120)

34Il est intéressant de remarquer que la théorie des réseaux provoque en géographie l'apparition de nouvelles questions :

« Les géographes se posent des questions fort intéressantes du genre : quel rapport existe t'il entre la centralité d'une agglomération et sa multifonctionnalité (économique et administrative, scolaire, hospitalière ou autre) ? Quelle distance moyenne s'est établie entre une agglomération donnée et celle qui est de taille au-dessus pour maintenir l'avantage d'une relation ? S'agit-il d'une distance optimale ? Comment les moyens de transport et de communication changent les seuils de cette relation ? Y a-t-il un rapport calculable entre taille et rang d'une agglomération. » (ibid., p. 121)

35Ces questions trouvent réponse et donnent même lieu à l'exposition d'invariants : la distance moyenne qui sépare deux agglomérations voisines d'un même ordre est un multiple exact de la distance moyenne relative à chacun des ordres inférieurs. Il est difficile de savoir si ces rapports sont nouveaux ou s'ils ont toujours été consistants,  Hénaff ne s'exprime pas à ce sujet. Néanmoins on peut penser qu'ils sont dépendants du processus de rationalisation du monde provoqué par la Révolution industrielle.

« Une chose cependant peut surprendre l'urbaniste dans l'approche des géographes concernant les réseaux urbains ; leurs études portent avant tout sur les rapports entre les villes, non sur les villes elles-mêmes. Or telle est bien notre question ici : en quoi la ville comme telle se constitue-t-elle comme réseau ? » (ibid., p. 124)

36Hénaff se lance alors plus spécifiquement  dans une étude des formes urbaines à partir du concept de réseau :

371) décentration et multicentralité, une valorisation de la vicinalité...

382) cohérence et interdépendance des éléments (coordination) :

« Socialement, cela se traduit dans l'espace urbain par l'importance des solidarités entre voisins ou à l'intérieur d'un quartier ; à un niveau plus fort, cela peut donner lieu à la formation de groupes liés par un projet précis, une idéologie ou une croyance. » (ibid., p.127)

393) « Le nouvel esprit urbain fait que les populations qui se déplacent acceptent ces implantations dans la mesure où l'ensemble bâti apparaît comme cohérent dans le réseau et non comme développé en marge ou à l'extérieur d'un lieu central représenté comme privilégié ou exclusif. »

404) spécification et particularisation :

« le réseau non seulement permet de constituer des espaces particuliers localement organiques, et globalement connectés, mais il peut accueillir les expressions les plus particulières des modes de vie et des traditions variées. » (...) « On a alors un modèle de distribution  qui renvoie aux capacités d'ouverture, de décentration et d'interconnexion déjà repérées. » (ibid., p. 129)

415) l'accessibilité : « il y a une disponibilité générale du lieu urbain comme tel qui permet aléatoirement de rencontrer n'importe qui dans les lieux ouverts de la vie commune » (ibid., p.130).

426) Le trait qui nécessairement marque de part en part la réalité du réseau, c'est celui de mobilité :

« cette question de la mobilité est au cœur des questions d'urbanisme et se pose de multiples façons puisque la ville, liée à ses origines à de multiples échanges, est par définition un dispositif de capture et de relance de flux en tout genre : la fluidité des mouvements lui est essentielle. Même avec ses remparts la ville est virtuellement ouverte. Seule la guerre, et pour un temps limité, peut la fermer. Aussi une ville où la mobilité est étouffée est en quelque sorte assiégée. Toute ville atteint son ampleur optimale par son appartenance au vaste réseau des relations à d'autres lieux, d'autres villes : elle est un port au croisement des routes, des chemins de fer, des lignes aériennes, quelquefois des rivières ou des canaux. » (ibid., p. 131)

43Elaborer un discours critique qui prenne maintenant en compte les enjeux théoriques du texte de Hénaff pose des difficultés particulières du fait même d'une oeuvre qui trouve sa motivation la plus profonde dans un champ d'indécision entre ce que nous avons appelé une « histoire génétique » et un déplie des structures de la ville contemporaine. Il apparaît manifeste que les quatre étapes de la ville : la cité antique, la ville romane, la cité médiévale et la cité renaissante renvoient à une profondeur stratigraphique que la révolution industrielle vient pulvériser en révélant ce qui n'apparaissait pas, à savoir que le flux est essentiellement codé. Que veut dire maintenant que le flux soit codé ? Quel est le sens d'un tel gramme ? On ne peut pas ne pas se poser la question du rapport au divin. Si le processus de rationalisation du monde que le texte défend ne serait pas une révélation progressive de quelqu'extériorité ? Cet aspect des choses se donnerait même comme l'occasion de comprendre les différentes étapes de l'urbanisation comme une révélation continuée au sens hégélien du terme, soit : au sens de ce qui en s'accomplissant rejoint une essence manifeste et cachée à la fois. C'est ainsi que les lignes angulaires de la construction fonctionnelle ne témoignent peut-être pas d'autre chose que des arêtes d'un symbole qui s'expose dans les proportionnalités finalement dégagées de la géographie. Une telle interprétation (symboliste) du fait urbain est néanmoins contrariée par la réflexion sur les flux, réflexion qui ouvre une autre direction de lecture du texte de Hénaff. Dans cette direction, il serait possible de donner toute son importance au fait que la synthèse entre une compréhension rhéologique et topologique du flux soit contemporaine de l'invention de l'électricité (précédant inévitable pour penser l'âge informatique des réseaux). Dans cette perspective, il serait par exemple intéressant de noter que les représentations husserliennes de la conscience intime du temps (le flux de la sensibilité) ne sont pas sans rapport avec ce qu'a ouvert comme nouveauté l'âge électrique en tant que combinaison de la fluidité du courant identique à celui des impressions perceptives, et la sédimentation de ses formes compréhensibles sur un graphe (rétention). Il est passionnant de découvrir dans ce texte qui parle d'architecture, de la ville, etc. les mêmes dispositions théoriques que celles qu'ouvre un livre de philosophie transcendantale, à cette différence prêt que l'exposé des enjeux touche à une clarté qui n'est pas ici soustraite à ses conditions épistémologiques. Il me semble essentiel, dans cette perspective, de s'interroger encore une fois sur la nature du modèle médiéval, sur les caractères qui font encore de la ville gothique (avec ses arrières-cours ouvrant « sur des vestiges d'étoiles étrangères » [Ravignant]) un motif auquel nous sommes si passionnément attachés -et en quoi les avant-gardes du début du XXème siècle, malgré la capacité qui fut la leur de se penser du côté des puissances avenantes de l'Histoire, ont constamment réactivé. C'est que les ressources imaginaires de la vicinalité : des formes immanentes (Picasso, le Bauhaus, etc.) témoignent encore d'un principe de communauté, elles éveillent encore la mémoire à une forme composite qui échappe à la pureté (à la recherche de la pureté) des formes antérieures (ville antique) ou postérieure (ville renaissante), renoncement à la pureté qui répond assez bien à la condition multiculturelle de la ville moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Déotte, « La ville qui vient (L'Herne) de Marcel Hénaff », Appareil [En ligne], Comptes-rendus, mis en ligne le 14 janvier 2009, consulté le 21 août 2017. URL : http://appareil.revues.org/704

Haut de page

Droits d’auteur

contrat creative commons

Haut de page
  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Paris Art
  • Logo crossXwords
  • Logo Rheinsprung11
  • Logo Intermédialités
  • Revues.org