Navigation – Plan du site

Le Sacre de la démocratie d’A. Brossat

Tony Ferri

Texte intégral

  • 1  Alain Brossat, Le Sacre de la démocratie, Paris, éd. Anabet, 2007.

1Le Sacre de la démocratie d’Alain Brossat1 est un bel ouvrage qui mérite toute notre attention. Disons-le maintenant tout net, afin de prévenir tout malentendu : cette assertion ne relève pas de la forfanterie, mais bien plutôt de l’admiration produite par ce livre, en tant qu’il donne, incontestablement, matière à penser. Tâchons de nous expliquer.

2Tout d’abord, le lecteur ne peut être que sensible à la manière dont l’auteur œuvre, d’un bout à l’autre du livre, en faveur de ce que l’on pourrait appeler un contre-ordre des discours.

3Ensuite, l’antinomie du totalitarisme et de la démocratie, présente au moins en filigrane à l’intérieur du Sacre, souligne, par-delà les clivages authentiques, des points de convergence, à savoir que, en particulier (Ibid. P.99) :

4Les deux régimes apparaissent comme des « idéocraties », c’est-à-dire que, pour s’imposer et s’étendre, ils ont besoin l’un et l’autre d’idées et d’idéal, il faut qu’ils soient supportés par une pensée ou un ensemble de convictions. Peut-être pouvons-nous préciser les distorsions existantes à l’intérieur même de la ressemblance :

51° Le totalitarisme s’impose d’abord (par l’usage de la force) et tente ensuite de légitimer sa position, en convoquant un idéal, voire une idéologie au sens ici d’une représentation qui façonne ou reconstruit le réel (par l’usage du culte de la personnalité, l’idée de guide modèle, l’enseignement…).

62° la démocratie (ou le démocratisme) tente d’abord d’élargir le champ de l’adhésion (recherche du consentement par l’usage des discours) et cherche ensuite à asseoir sa position à travers les organes démocratiques qui peuvent fonctionner comme une tyrannie à l’intérieur de la démocratie elle-même (Constitution, Parlement, Conseil constitutionnel, Magistrature, Cour des comptes, etc.), par la nomination de lampistes au service du président.

7De sorte que la méthode de fondation du pouvoir est inverse, ou fonctionne, selon un vocable emprunté aux linguistes, comme un chiasme :

8- Le totalitarisme associe le politique et le militaire, et un de ses emblèmes favoris est l’uniforme représentant justement l’idée de force. Les idées que véhicule le despote sont peu nombreuses, mais efficaces et intangibles. Sa manière d’imposition est la force brute, visible et incontournable.

9- La démocratie associe le politique et le médiatique, et elle se glorifie de défendre la liberté d’expression. Les idées qu’elle soutient sont vastes ou infinies, mais inefficaces et contestables. Sa manière d’emporter l’adhésion est insidieuse, invisible et manipulatoire.

10L’opposition qui y est faite entre la propagande et la réclame est éclairante (Ibid., p.99), et éveille la réflexion. Par extension, il est possible de préciser que le propre de la propagande est d’imposer un contenu simple, plein et unique à l’ensemble de la société. Le propre de la réclame est de faire passer un message obscur, creux et équivoque à certaines catégories sociales (on se demande parfois ce que veut dire telle ou telle publicité). De plus, tandis que la propagande n’appelle pas de rebondissements (elle se suffit à elle-même, et est claire en elle-même, il n’y a pas de concurrence), la réclame ne connaît pas de fin et renvoie toujours à un dehors ou un horizon, par définition, intouchable, à la manière de la loi de la consommation (on n’a jamais fini de consommer). Bref, le totalitarisme et la démocratie s’opposent comme la crainte et la liberté, le droit de la force et la force du droit, la plénitude et la vacuité ; mais s’il est vrai qu’ils peuvent s’entrechoquer, ils peuvent aussi “se” piller mutuellement : telle est l’une des grandes leçons de ce livre.

11Par suite, il est possible de dire que, si le totalitarisme est la négation de la liberté politique (et en particulier des libertés individuelles), la démocratie la promeut et encourage l’esprit critique. Mais est-il utile de rappeler que ce qui se joue, souvent, sous la notion d’esprit critique, en démocratie, n’est pas autre chose que la répétition des opinions courantes, même plus : la fondation des pensées et des conduites sur l’opinion générale aboutissant à une illusion de liberté. Tocqueville (et Constant, mais seul Tocqueville le déplore) avait bien montré qu’un des dangers de la démocratie est de stimuler la désaffection des individus vis-à-vis de la sphère publique, au profit de la sphère privée, par le jeu d’un « on s’en remet à » (démocratie représentative), ce qui conduit à une illusion de liberté, l’opinion jouant ici le rôle de la tradition au sein d’une société aristocratique.

12Dès lors, la démocratie, ce chantre des libertés, exhorte à l’esprit critique et contrarie, dans le même temps, celui-ci par le relativisme des opinions, la multitude des positions et la vacuité de leur contenu. Cette illusion de liberté dont il s’agit (ou liberté formelle, mais pas au sens de Marx, au sens, là encore, de vacuité ou d’inefficience = on peut tout dire ou presque, mais cela n’a aucun impact) se retrouve à tous les niveaux de la société démocratique. On pose qu’il y a un équilibre des pouvoirs par le jeu et l’indépendance des institutions. Or, on sait que, dans la haute magistrature par exemple, comme à la Cour de cassation, ce sont les amis du président qui y sont placés. Il en va de même de toutes les instances dites démocratiques (Conseil constitutionnel, Cour des comptes, le président de cette dernière étant aujourd’hui, M. Seguin qui a été président du R.P.R à une certaine époque, etc.). Par conséquent, il y a une illusion d’indépendance et un leurre de partage authentique des pouvoirs…

13D’où cette question : qu’en est-il d’une réforme sérieuse des institutions, notamment en France ? Peut-on penser la démocratie en dehors du fonctionnement concret des instances qui la fondent ? La question de l’organisation et du fonctionnement des institutions démocratiques est importante. N’est-il pas symptomatique des défaillances de la démocratie de constater le sempiternel ajournement des questions aussi essentielles qui concernent, par exemple :

14- la répartition équitable des interventions médiatiques des responsables politiques, même et y compris lorsqu’on est en période non électorale

15- le non-cumul des mandats, la répudiation de la ploutocratie politique

16- la règle de la nomination des “Sages” au Conseil constitutionnel, des hauts magistrats..

17- l’immunité parlementaire et présidentielle

18- le contrôle des médias par ceux (les oligarques) qui partagent les mêmes couverts que les politiciens (voire, qui mangent dans la même assiette)

19L’interrogation est donc : dans la mesure où Le Sacre de la démocratie est essentiellement centré sur les relations entre les démocraties et le restant du monde, dans la mesure, par conséquent, où ce qui sous-tend l’analyse est une réflexion profonde et féconde sur les rapports internationaux (les Guerres Mondiales, la place de la Chine…) avec cette spécificité, pour la dénoncer, du primat accordé à la démocratie en général dans l’ordre des discours, qu’en est-il du fonctionnement interne des démocraties ? Ce qui est marqué par son absence dans le livre, n’est-ce pas l’évocation des rapports des institutions à l’intérieur même des démocraties ? Comment se justifie cette absence ?

20Mais ce n’est pas tout. Ce livre est peut-être aussi l’occasion d’adresser une objection plus fondamentale à l’auteur et de faire, au bout du compte, une révélation.

21L’objection véritable qu’il semble important de souligner est celle qui repose sur ce que l’on pourrait appeler le « cercle herméneutique ». Qu’est-ce à dire ?

22Dans l’exacte mesure où Le Sacre de la démocratie dénonce le “tout” démocratique, l’atlantisme des discours creux, nous sommes en droit de poser la question de savoir d’où l’auteur parle. Dit autrement : si l’ordre des discours est tout entier pétri de cette vacuité, comment un contre-ordre des discours pourrait-il, à son tour, échapper à cette même accusation de vide discursif ? Par où l’on voit que ce qui est en jeu ici, c’est à la fois le fondement et la puissance minimale que peut porter ou soutenir n’importe quel discours à l’intérieur d’une société démocratique. L’idée du tout démocratique (et donc du néant) n’est-elle pas, du même coup, un néant d’idée (une idée qui n’est pas plus autorisée qu’une autre à revendiquer une quelconque légitimité au sein du néant discursif environnant) ? Mais alors, dans ces conditions, comment critiquer la société démocratique devenue aujourd’hui, d’une part, enflée par l’orgueil de sa position et, d’autre part, “dilatée” par cette intolérance presque maladive qu’elle manifeste à l’égard des autres régimes politiques qui, en tant précisément qu’autres, sont forcément, de son point de vue, à ranger du côté du fanatisme ou du terrorisme ?

  • 2  Le cercle démocratique peut se présenter ainsi : on perçoit ce que l’on comprend (= le “ressenti” (...)

23En réalité, cette objection, a ses limites. En effet, Le Sacre de la démocratie ne procède pas uniquement d’un discours enraciné dans la totalité démocratique, mais d’une réflexion qui tente, justement, de briser la circularité des discours2 de ceux qui vendent la démocratie comme l’unique régime politique valant la peine d’être vécu. Cette cassure se réalise à un double niveau :

24- D’une part, la réflexion menée par Alain Brossat est foncièrement intempestive, dérangeante et dissonante, et ne peut être facilement classée dans un quelconque ordre ou même contre-ordre des discours. Tout se passe comme si, par un coup de force discursif, la parole du Sacre sortait des ornières du cercle, et échappait à toute tentative de réductionnisme démocratique (consistant à réduire la parole à celle d’un « démo-lâtre »).

25- D’autre part, ce livre fait une révélation : il réinvente et réserve un chemin, à l’intérieur même des balises de l’ordre établi et de la pensée consensuelle, à la philosophie qui, en dépit des slogans vivement martelés d’une « fin de la philosophie » depuis au moins Hegel, retrouve ses lettres de noblesse. La philosophie n’est à ce point “serf” de rien, pas même de la démocratie, qu’elle ne saurait baisser pavillon ni devant les difficultés de penser, ni vis-à-vis de la sophistique touts azimuts de l’ère démocratique.

26Une fois le livre lu et relu, une ultime question hante le lecteur : la démocratie n’est-elle pas, en dernière analyse,  à bout de souffle ?

Haut de page

Notes

1  Alain Brossat, Le Sacre de la démocratie, Paris, éd. Anabet, 2007.

2  Le cercle démocratique peut se présenter ainsi : on perçoit ce que l’on comprend (= le “ressenti” démocratique s’établit à travers les valeurs de la société démocratique), et on comprend ce que l’on perçoit (= le comprendre démocratique oriente, de toutes parts, son ressenti).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tony Ferri, « Le Sacre de la démocratie d’A. Brossat », Appareil [En ligne], Comptes-rendus, mis en ligne le 14 avril 2008, consulté le 19 août 2017. URL : http://appareil.revues.org/370

Haut de page

Auteur

Tony Ferri

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

contrat creative commons

Haut de page
  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Paris Art
  • Logo crossXwords
  • Logo Rheinsprung11
  • Logo Intermédialités
  • Revues.org