Navigation – Plan du site

Marie-Claude Plourde, Deleuze and Architecture

Marie-Claude Plourde
Référence(s) :

Hélène Frichot & Stephen Loo (eds.), Deleuze and Architecture. UK: Edinburgh University Press, 2013, 304 pages

Texte intégral

  • 1 Gilles Deleuze et Félix Guattari, Qu’est-ce que la philosophie ? Paris, Minuit, 1991, p. 8.

1Depuis les années 1990, le concept de pli forgé par Deleuze, mais aussi la « paire » formée par Deleuze et Guattari dont les idées font corps, ont fortement imprégné la pensée architecturale. L’utilisation de leurs concepts philosophiques dans ce domaine est très polarisée : ils peuvent aussi bien faire l’objet d’un usage purement formel et opératoire regardant la conception architecturale, que servir de support théorique aux réflexions sur son rôle social. Le recueil d’Hélène Frichot et Stephen Loo présente les plus récentes réutilisations du pli et de Mille plateaux dans le domaine de l’architecture en suivant ces deux possibilités d’application. En ce sens, et pour reprendre les termes de Deleuze et Guattari1, une lecture de ce recueil mène à la rencontre d’amis incitants à de nouvelles conditions de possibilité et, de fait, participe à « l’art de former, d’inventer, de fabriquer des concepts » et de réinventer l’architecture.

  • 2 Les propositions de traduction sont les nôtres.

2Afin de guider le lecteur, les coordonnateurs ont divisé le recueil en quatre parties, calquées sur les étapes de réalisation d’un projet architectural : (1) Siting (implanter2) trace un historique de la contribution de Deleuze à l’architecture ; (2) Constructing (construire) traite des récentes avancées numériques en architecture et de la façon dont les idées deleuziennes ont influencé certains architectes dans leurs usages du numérique ; (3) dans Gathering (rassembler), les auteurs discutent de la fabrication sociale de la ville en s’appuyant sur les écrits à teneur plus politique de Deleuze et Guattari ; (4) Caring (couver) conclut avec des textes portant sur l’influence du bâti sur le devenir de ceux qui le côtoient.

3Dans la première partie, les textes recomposent des moments historiques du développement de certaines notions deleuziennes en architecture. Retenons le texte de Karens Burns qui met en dialogue les concepts de pli et de mineur avec la montée du féminisme dans les années 1990. Burns discute de l’influence de ce courant performatif – lequel a permis de remettre la place du corps, ses percepts et ses affects au cœur des questions identitaires – sur le devenir architectural hors d’une pensée sujet/objet. À partir d’une référence au pli, l’auteure montre comment les « froissements » contestataires d’une minorité ont déstabilisé l’ancrage institutionnel de la discipline architecturale. Ensuite, il convient de souligner les analyses de Deborah Hauptmann et d’Andrej Radman sur le concept de machine abstraite. Les auteurs s’attardent sur différentes interprétations des flux désirants dans le développement de concepts architecturaux. Pour ce faire, ils analysent les projets de trois firmes de renom : la machine paranoïaque de UN Studio qui traite de la fragmentarité ; la machine miraculeuse NOX CsO qui témoigne de la multiplicité ; la machine célibataire de OMA, qui canalise les flux consuméristes.

  • 3 Voir Gilles Deleuze, « Post-scriptum sur les sociétés de contrôles », L’autre journal, 1, mai 1990.
  • 4 Idem

4Dans la deuxième section, les auteurs construisent leurs textes autour des effets productifs de la pensée deleuzienne. Les deux premiers chapitres traitent de l’usage du virtuel, des techniques et des technologies dans le déploiement de nouvelles formes architecturales. Hélène Frichot propose le concept du superfold pour caractériser l’usage facilitant des nouvelles technologies dans le design des formes. L’auteure s’interroge sur cette apparente accessibilité : n’est-ce pas un subterfuge encourageant la fortification d’une société du contrôle3 ? Cela ne mène-t-il pas vers un déterminisme technologique ? Bernard Cache enchaîne sur les propriétés mathématiques et de mémorisation des ordinateurs : ne doivent-elles pas servir à libérer l’homme des opérations logarithmiques afin qu’il puisse travailler à optimiser ses capacités créatives ? Il évoque Bergson pour rappeler que la mémoire humaine a une faculté de transformation qualitative, ce qui fait défaut à l’ordinateur possédant une mémoire essentiellement quantitative. Ces deux auteurs, chacun à leur manière, invitent donc le lecteur à ne pas oublier les degrés d’interconnectivités nécessaires à la création architecturale et à adopter un regard critique face aux nouvelles technologies. Kim Dovey termine cette section par une étude de l’utilisation de la notion d’agencement en tant que méthode d’analyse. Pour ce faire, l’auteure présente différentes cartographies d’agencements spatiaux associés à différents modes pédagogiques. Au terme d’une analyse des activités se déroulant dans chacun de ces aménagements, elle démontre que, contrairement à l’idéologie participative qu’ils supportent, les espaces dits « ouverts » ont un caractère coercitif. Elle rejoint ainsi Frichot en concluant sur notre aveuglement face aux artifices contemporains, lesquels nous précipitent toujours plus profondément vers une société de contrôle4.

5Dans la troisième partie, les auteurs rassemblent le sujet à l’aide d’éléments architecturaux, urbains et sociaux. Catharina Gabrielsson montre brillamment la force créatrice de la ligne pour illustrer la multiplicité qui a permis de fabriquer Istanbul. Elle démontre comment cette ville assemblée est à la fois rassembleuse, à travers les effets successifs de déterritorialisation et de reterritorialisation qu’elle a subis depuis de nombreux siècles. Elle convie le lecteur à errer avec elle dans les espaces attenants au mur théodosien d’Istanbul. Andrew Ballantyne poursuit cette réflexion avec un texte des plus intéressants sur le développement de quatre typologies architecturales sur le mode de la ritournelle, en les liant avec le besoin de se construire un filet social. Nommons : (1) l’architecture traditionnelle qui affirme la conformité et une simple territorialisation ; (2) l’architecture de continuité qui se caractérise par le déplacement géographique d’une forme architecturale traditionnelle – il y a alors déterritorialisation du bâti ; (3) une architecture construite pour des raisons personnelles mais dont le transfert territorial fait apparaître ses différences ; ce type d’architecture renvoie alors une reterritorialisation ; (4) enfin, l’architecture construite en vue d’imiter une élite, tel le témoignage d’une aspiration sociale, est représentative d’une hyperterritorialisation.

6Nous avons particulièrement apprécié la dernière partie de l’ouvrage qui présente des cas d’applications concrètes des concepts deleuziens. En s’appuyant sur l’ethnographie, Cameron Duff démontre comment la ville est matière à agencement pour ses habitants. L’auteur propose le concept d’éthologie – entendu comme le comportement des corps (muscle, os, béton, gravité, désir, émotion, etc.) agissant ensemble – comme une ontologie de la spatialisation des subjectivités. Duff incite le lecteur à la participation citoyenne en tant que pratique transformatrice de l’espace urbain, comprise comme un processus par lequel un habitant se donne lui-même le droit de se transformer. Ensuite, Chris L. Smith invite le lecteur à un voyage fascinant dans les allées du cimetière Brionvega, réalisé par l’architecte italien Carlo Scarpa. L’auteur s’appuie sur les Essays Critical and Clinical, dans lesquels Deleuze suggère qu’un livre n’est pas une histoire linéaire donnée mais bien un agencement symptomatique. En d’autres termes, le livre est une approche fragmentaire de la réalité propre à chaque lecteur (Massumi, 2016). Une perspective à partir de laquelle l’auteur opère une analogie à l’architecture. Smith démontre comment l’esthétisme fragmenté du cimetière, qui donne une impression d’incomplétude, amène l’usager à reconsidérer ses visions sur le monde (et, dans ce cas précis, sur la mort) et, de fait, créant de nouvelles manières de vivre.

7L’ouvrage se termine sur une discussion passionnante pour tout adepte d’urbanisme tactique entre Anne Querrien, Constantin Petcou et Doina Petrescu sur leur projet commun R-Urban. Ils y exposent la manière dont une première intervention locale dans un espace sous-exploité de leur quartier fut le germe d’une multiplication de projets semblables. Autrement dit, comment ils ont activé un rhizome d’initiatives environnementales à travers leur ville. Puis, le trio d’expliquer comment cet agrégat de petites activités locales, assumées par les collectivités elle-même, demande très peu d’implications à l’administration municipale. Ils expriment alors l’idée que ces reterritorialisations de nature environnementale et à petite échelle, lorsque déployées, participent au développement de la résilience d’une ville.

8Pour toute personne passionnée d’architecture et adepte de la pensée de Deleuze et Guattari, la lecture de ce recueil est des plus fécondes. Cependant, de manière technique, nous en critiquons le titre car reproduisant la fâcheuse tendance de certains auteurs à ne renvoyer qu’à Deleuze alors qu’il est question de Mille plateaux. Ce à quoi nous ajoutons que, même si l’œuvre deleuzienne était bien entamée avant la première collaboration Deleuze/Guattari, dès lors que leurs pensées se lièrent la suite de leurs développements réflexifs n’est que difficilement attribuable à l’un ou à l’autre ; ce que Deleuze affirme lui-même (Dosse, 2007). Il est aussi à noter une incohérence marquante dans la traduction de la notion d’agencement : alors que tous les auteurs s’y réfèrent par l’expression « the assemblage », Simone Brott, dans son chapitre, utilise plutôt la traduction « an arrangement » ; deux termes pourtant étymologiquement très éloignés. Un défaut d’homogénéisation de la part de la coordination éditoriale qui, à notre sens, nuit à la validité du texte de Brott.

  • 5 Voir Communication, pouvoir, contre-pouvoirs, COM6331 (Notes de cours personnelles, université de M (...)

9Nous terminons sur les propos de Brian Massumi5, philosophe et spécialiste de la pensée de Deleuze et traducteur de Mille plateaux, pour lequel il n’y a pas qu’une seule interprétation possible des concepts deleuziens. Mille plateaux requièrent lectures et relectures. N’entre pas qui veut dans cette pensée par laquelle il faut plutôt se laisser prendre. Par conséquent, cet ouvrage bien qu’intéressant et témoignant des usages possibles des idées de Deleuze et de Guattari dans le domaine de l’architecture, n’est surtout pas à prendre comme une volonté d’épuiser les possibilités. Deleuze and Architecture doit plutôt être vu comme un encouragement au lecteur à déployer ses propres interprétations. Dans cette continuité, nous spécifierons, malheureusement, que toute personne souhaitant entreprendre cette lecture doit déjà connaître la pensée de Deleuze/Guattari. Car, l’ouvrage n’est certes pas une entrée en la matière, notamment quant à la compréhension de la subtile nomenclature utilisée par ces deux auteurs.

Haut de page

Bibliographie

Deleuze, G., « Post-scriptum sur les sociétés de contrôle s », L’autre journal, l, mai 1990.

Deleuze, G. et F. Guattari Mille plateaux, Paris, Minuit, 1980.

Deleuze, G. et F. Guattari, Qu’est-ce que la philosophie ? Paris, Minuit, 1991.

Dosse, F., Gilles Deleuze et Félix Guattari. Biographie croisée, Paris, La Découverte, 2007.

Massumi, B. (2016), Communication, pouvoir, contre-pouvoirs, COM6331 (Notes de cours personnelles), Université de Montréal, département de Communication.

Haut de page

Notes

1 Gilles Deleuze et Félix Guattari, Qu’est-ce que la philosophie ? Paris, Minuit, 1991, p. 8.

2 Les propositions de traduction sont les nôtres.

3 Voir Gilles Deleuze, « Post-scriptum sur les sociétés de contrôles », L’autre journal, 1, mai 1990.

4 Idem

5 Voir Communication, pouvoir, contre-pouvoirs, COM6331 (Notes de cours personnelles, université de Montréal, département de Communication, 2016).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Claude Plourde, « Marie-Claude Plourde, Deleuze and Architecture », Appareil [En ligne], Comptes-rendus, mis en ligne le 03 février 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://appareil.revues.org/2358

Haut de page

Auteur

Marie-Claude Plourde

Doctorante en communication à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), diplômée au baccalauréat en architecture de l’Université de Montréal puis en environnement de l’Université de Sherbrooke. Ses recherches portent sur les processus de travail collaboratif permettant l’adoption de meilleures pratiques écologiques dans le domaine de l’architecture.

Haut de page

Droits d’auteur

contrat creative commons

Haut de page
  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Paris Art
  • Logo crossXwords
  • Logo Rheinsprung11
  • Logo Intermédialités
  • Revues.org