Navigation – Plan du site

La photographie de groupe et la politique de la disparition dans la Russie de Staline

Éditions l’Harmattan, coll. « Esthétiques », mars 2015, 236 pages
Denis Skopin

Résumé

Union soviétique, 1937. Les purges staliniennes atteignent leur paroxysme. Ceux qui sont jugés « ennemis du peuple » sont exécutés ; les autres, dont les « crimes » sont considérés comme moins graves, partent au Goulag. Mais ce ne sont pas seulement les personnes qui disparaissent, leurs représentations picturales et photographiques sont également vouées à la disparition. C’est à ce dernier phénomène que s’intéresse cet ouvrage. Il montre que, dans la plupart des cas, éliminer les ennemis du peuple des photographies n’a rien à voir avec la censure. Ce sont les proches de la victime – ses collègues, ses amis et parfois les membres de sa famille – qui font disparaître sa représentation des photographies de groupe. Quelles sont les raisons qui ont poussé les gens à mutiler les portraits de leurs proches, à les rayer, les découper, ou encore les noircir avec de l’encre ? À partir des matériaux visuels qu’il a découverts dans les archives russes et d’un intérêt plus particulièrement porté à l’essence même de ce « médium » qu’est la photographie, Denis Skopin propose une analyse de ce phénomène aux ressorts politiques, historiques et psychologiques.

Haut de page
  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Paris Art
  • Logo crossXwords
  • Logo Rheinsprung11
  • Logo Intermédialités
  • Revues.org