Navigation – Plan du site

Blanches et Plis, Frontières, Alphabet

Germain Rœsz

Texte intégral

Notes sur Blanches et Plis

1Commencer à peindre n’est pas le commencement de la peinture. C’est tout au plus s’engager dans un espace où tout est recherche et volonté de comprendre. Cela se joue entre l’expérimentation matérielle, une sorte d’apprentissage, puis l’évaluation de ce que cela fait entre l’événement de la vie et l’expression de la peinture. Longtemps, c’est un écart considérable qu’il s’agit de réduire, lentement.

2Les peintures blanches sont comme une peau, comme une mémoire longtemps inavouée de suaires qui furent bien réels, d’une sorte de chuchotements qui ramènent à la vie. Les plis dont je mesure encore aujourd’hui la force et la nécessité, signifient cette face cachée que je recherche, que j’essaye de faire surgir, mais c’est aussi donner à la peinture cette liberté de se faire, de se chercher, de trouver ses chemins, ce que je poursuis et concrétise aujourd’hui dans la série Alphabet. J’ai toujours plié la peinture en des formes différentes : les diptyques, les polyptiques, les pliages, voire les froissages qui donnent des temporalités décalées, montrent la peinture en train de se faire, conduisent à travailler en aveugle, à prendre des décisions de marquages de l’espace et à accepter une sorte de chaos qui s’organise à nos dépens.

3La répétition des formes, des signes vient de la musique répétitive de P. Glass, de S. Reich, d’une volonté mathématique de travailler sur un système matriciel, d’un protocole où chaque couleur se fait à partir de la couleur existante.

Dans la brume des effarements

Dans la brume des effarements

29,2 x 37,2 cm, acrylique fusain sur arches

Photo Hess

Peinture réalisée dans la nature

Peinture réalisée dans la nature

1980

Notes sur la série Frontières

4Retourner aux gestes de mon travail. En faire une sorte d’inventaire, de réplique, de citation qui réinvente pourtant toujours les gestes de la peinture. Dans cette série, l’idée de l’écran est très présente. Cela se joue entre transparence et opacité, ce n’est jamais une perspective, toujours une épaisseur, je dirai visible, parfois métaphysique, mais en tous les cas toujours dans la proximité de la peinture à reconstruire et à poursuivre. On y perçoit assez clairement mes amours de la géométrie, du suprématisme, du Stijl, de Léger, d’Arp et paysagesques dont j’aime l’ironie. C’est peint sur du plexiglas en recto et en verso avec pour fond un bois peint lui aussi. C’est une peinture des échos multipliés.

Notes sur la série Alphabet

5Acrylique sur bois. La couleur y est jetée, déposée, raclée, elle est liquide ou épaisse, elle trouve son chemin, fait une partie des mélanges. Elle est parfois contrariée par des ossatures géométriques, construites, volontaires mais aussi en dépendance et en accord des formes trouvées. Elle retrouve les couleurs de l’histoire de la peinture, de la caverne, du lisse, du clair et du sombre, de la forme elliptique ou allusive, d’une abstraction originelle. En aucun cas il ne faut y voir des lettres, juste des scansions, des espaces, des formes qui fondent une langue dans la langue.

Œuvres intermédiaires

Équilibre précaire

Équilibre précaire

53,7 x 53,7 cm, 1998-2011

Photo Hess

Tropisme

Tropisme

53,5 x 53,5 cm, coll. C. Bohi, 1998-2011

Photo Hess

Cercles fond rose

Cercles fond rose

53,5 x 53,5 cm, 1998-2011

Photo Hess

Notes d’atelier pour Chine (extraits)

6Il s’agit de réflexions à propos d’une suite de peintures monumentales commencées début août 2010, pour plusieurs expositions en Chine. Cela concerne le pli dans mon histoire et pour aujourd’hui.

7Sur les procédures. Plier la toile en deux. Ce pli est un horizon et un abîme. Garder l’idée de la hauteur : du soleil et de la terre. Le regard s’allège et s’ancre. Poser un cercle en bois (un de mes outils) dans la partie la plus large. Plier une frange en triangle : peindre en vert. J’ai déjà les couleurs, comme d’habitude. L’intérieur du cercle en jaune. Des gouttes violacées, blanchâtres. Du rouge à l’extérieur du cercle (un vermillon ambigu tirant vers le carmin). J’arrose l’ensemble. Un titre vient, possible : À la limite des terres je (me) parle.

8La question du sens se pose. Il y a dans cette manière de faire du recto/verso. Choisir l’un ou (et) l’autre. Ce que font les couleurs n’est pas visible, pas totalement visible. Il y a aussi à choisir la verticalité ou l’horizontalité. Ici le désir du soleil et de la terre prime et donne la verticale. Au matin, les deux cercles (il y en a deux du fait du pliage) qui apparaissent au dépliage irradient en jaune et rouge.

9À droite les lames-triangulées rouge/vert s’opposent en points acérés.
Je sais aussi que c’est au-delà de la terre, de la boue, c’est dans l’eau, dans l’entremêlement des formes et des couleurs. Espace.
Les toiles se font au sol. Je suis penché sur les toiles, souvent à la limite du déséquilibre. Je suis parfois à genoux dans la peinture, sur la peinture, pour une ligne, pour un mot, pour une phrase. Les mains et le corps enduits de couleurs.

10Je cherche à faire une peinture qui bouleverse mon propre équilibre. Autre chose est l’imbrication de la couleur, des lignes, des formes et du texte poétique. Dans le temps de peinture (de l’exécution) les phrases se déroulent en continu. C’est un poème qui parle le faire, l’ailleurs du faire, le contexte et l’oubli.

11J’attends que la couleur diffuse, se diffuse, se mêle. Qu’elle laisse la trace du passage, qu’elle dessine davantage le pli. Cette attente est une suspension, un rêve éveillé, un texte qui naît dans le lent mouvement de l’eau de la couleur.

12Au matin les heures passées ont lié les couleurs comme un brouillard, comme l’aube qui se lève, qui se livre, grise et argentée.

13Je retourne la toile. Elle s’est faite à l’envers, dans le dedans des procédures. Une toile c’est mince, c’est un miroir qui frappe l’ombre.

14À la recherche d’une certaine efficacité par le pliage. Efficacité signifie rendre visible une base (construction) qui est la plus simple possible. La complexité naîtra du dépliage. Dessous, dessus, entre, devant, derrière, dans l’infra du tissu.

15J’ai la conscience que c’est un drap qui enveloppe les couleurs.

16On saisit un chemin qui nous perd très rapidement. Le sentiment est que dès qu’une procédure (architecture, dessin, dessein) est comprise il faut revenir en arrière pour en comprendre une autre. Dans ce retour en arrière le même chemin ne se fait jamais.

17[…] Je me rends compte aussi que je suis dans une métaphore cosmogonique. Au fond, ma critique politique du monde (m’)oblige dans ma peinture à retrouver une essence de paix, de joie, d’exaltation des couleurs. Peut-être s’agit-il d’une approche de l’origine. Chaque chemin de peinture fonde cette origine, la perçoit, l’effleure, puis la perd. C’est pour cela qu’une autre toile alors est entamée.

18Cette entame dit aussi que tout est déjà commencé. Cette entame est une fissure.

19L’invention que je peux défendre est celle qui présente une épaisseur (une peinture qui chaque fois dit des choses différentes, une peinture consciente de sa relation à l’histoire, une peinture qui revient à son auteur, où il se découvre, se pense, se modifie, se fâche).

20La vie d’un homme et la vie des hommes couvrent (couvent) des territoires, des expériences totalement différentes, multiples. Pourquoi vouloir resserrer cela dans une procédure unique ? Ce que je cherche est le déploiement et le rendu-visible de ce déploiement.

21La toile est comme une empreinte de vie. Elle parle dans les années passées, elle se pare de l’événement, de la durée, de l’émotion, de la fragilité. Des dessins naissent par rapport à cette peinture, des dessins que je ne regarde plus après, qui me servent juste d’élan, de jet.

22Dans la toile (celle qui s’intégrera à la plus grande), j’écris et je modifie mes notes.

23Par le pliage (puis le dépliage) le dessin (la limite) se sépare, se distrait, se met à distance.

24Nous regardons le paysage recomposé, ses frontières anciennes apparaissent incompréhensibles et insaisissables.

25L’eau tient un rôle important. C’est comme un étang, puis une mer – avec flux et reflux –, de la pluie légère, crachotée, ou torrentielle, de la couleur qui inonde le sol au-delà de la toile.

26À vrai dire j’aime la présence de ces traces, de ces restes sur le sol du travail. Il a la même fonction que la couleur résiduelle que je conserve (dans mes seaux) pour poursuivre mon travail de peintre. Le sol peint est la peinture déjà là dont il faut partir.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Dans la brume des effarements
Légende 29,2 x 37,2 cm, acrylique fusain sur arches
Crédits Photo Hess
URL http://appareil.revues.org/docannexe/image/2039/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Peinture réalisée dans la nature
Légende 1980
URL http://appareil.revues.org/docannexe/image/2039/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Équilibre précaire
Légende 53,7 x 53,7 cm, 1998-2011
Crédits Photo Hess
URL http://appareil.revues.org/docannexe/image/2039/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Tropisme
Légende 53,5 x 53,5 cm, coll. C. Bohi, 1998-2011
Crédits Photo Hess
URL http://appareil.revues.org/docannexe/image/2039/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Cercles fond rose
Légende 53,5 x 53,5 cm, 1998-2011
Crédits Photo Hess
URL http://appareil.revues.org/docannexe/image/2039/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Germain Rœsz, « Blanches et Plis, Frontières, Alphabet  », Appareil [En ligne], 13 | 2014, mis en ligne le 22 juillet 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://appareil.revues.org/2039 ; DOI : 10.4000/appareil.2039

Haut de page

Auteur

Germain Rœsz

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Paris Art
  • Logo crossXwords
  • Logo Rheinsprung11
  • Logo Intermédialités
  • Revues.org