Navigation – Plan du site

« Walter Benjamin. Politiques de l’image »

Présentation du numéro
Alain Naze

Texte intégral

1La relation à l’image, dans la pensée de Benjamin, est tellement centrale qu’on peut la dire intrinsèque : il n’y a pas, d’un côté, la pensée de Benjamin, qui, à titre d’objets, privilégierait les images, mais il y a la pensée de Benjamin qui, en tant que telle, se déploie au sein d’images – mieux, s’informe comme image. De ce point de vue, la notion d’image dialectique, par exemple, ne réfère pas secondairement à une image effective, mais prend consistance au sein d’une fulguration d’ordre visuel – ce qui conduit les concepts benjaminiens à s’articuler immédiatement selon une irréductible dimension spatiale, nécessitant le recours à une véritable topologie, en vue de cerner une image de sa pensée. Il s’ensuit que des objets aussi centraux dans sa réflexion que le cinéma, la photographie, ne peuvent être considérés comme des objets quelconques pour sa pensée ; l’homogénéité de ces objets vis-à-vis de la forme même de cette pensée appelle bien sûr une réflexion remettant en cause la relation sujet/objet : la pensée de Benjamin nous éclaire peut-être autant sur la nature des images techniques, que ces dernières sur la forme et les ressources de sa pensée. Dès lors, le projet pour ce numéro consistait à interroger le potentiel images/concepts dont la pensée de Benjamin est riche, notamment en cherchant à former des images inédites de sa pensée, sous un angle double : à la fois à travers un déplacement de sa réflexion vers des terrains nouveaux, ou du moins vers des objets qu’il n’aurait pas véritablement thématisés (quelle image peut-on former du capital – comme le fait par exemple Susan Buck-Morss dans un ouvrage traduit en français – à partir de la pensée de Benjamin ?) ; mais aussi à travers une interrogation relative aux ressources propres aux images techniques elles-mêmes (de quelles conceptions les nouvelles technologies de l’image, notamment, sont-elles riches ?). « Politiques » de l’image doit donc s’entendre à l’écart de toute instrumentalisation de l’image, celle-ci n’ayant précisément pas, chez Benjamin, le statut de moyen (pédagogique, ou politique en un sens restreint) ; « politiques » de l’image doit donc s’entendre comme ce qui pose aussi la question de la politique – celle-ci, inanticipable à partir d’un moindre propre, se recevant tout autant de l’image elle-même.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Naze, « « Walter Benjamin. Politiques de l’image » », Appareil [En ligne], 12 | 2013, mis en ligne le 13 décembre 2013, consulté le 26 avril 2017. URL : http://appareil.revues.org/1929 ; DOI : 10.4000/appareil.1929

Haut de page

Auteur

Alain Naze

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

contrat creative commons

Haut de page
  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Paris Art
  • Logo crossXwords
  • Logo Rheinsprung11
  • Logo Intermédialités
  • Revues.org