Navigation – Plan du site

Portrait de Pier Paolo Pasolini en chiffonnier de l’histoire. Temps, récit et transmission chez W. Benjamin et P. P. Pasolini

Éditions l’Harmattan, coll. Esthétiques, tome 2, novembre 2011, 242 pages
Alain Naze

Résumé

Poursuivant la démarche initiée dans le premier volume (Temps, récit et transmission chez W. Benjamin et P. P. Pasolini. Walter Benjamin et l’histoire des vaincus, février 2011), le présent ouvrage s’attache à dégager les voies par lesquelles les deux pôles du dispositif Benjamin/Pasolini peuvent en venir à véritablement consoner. Consacrée à Pier Paolo Pasolini, la réflexion vise ici à établir que s’il n’est sans doute pas possible de parler d’une « philosophie de l’histoire » pasolinienne, en revanche, par bien des dimensions, l’œuvre du poète/cinéaste/théoricien italien se donne comme une histoire en acte. Des peuples de vaincus lèvent en effet dans les créations pasoliniennes, silhouettes tellement semblables à celles de leurs pères qu’elles dessinent l’image d’une continuité, mais entendue alors comme catastrophe — c’est le silence et l’invisibilité auxquels ils sont condamnés qui sont ininterrompus. L’usage récurrent de l’anachronisme chez Pasolini, cinématographique et littéraire, désigne une arme contre la destruction sans fin du passé : l’intrusion d’une survivance dans notre époque ouvre un espace pour le scandale, interrompant la continuité temporelle, à l’instar de « l’image dialectique » benjaminienne.
Ce sont les laissés-pour-compte de l’histoire officielle qui retiennent Pasolini, son amour allant vers ce passé, sous toutes ses formes, corporelles, linguistiques, architecturales, pour autant qu’elles ont été oubliées, broyées par la marche de l’histoire entendue comme progrès. En cela, Pasolini se révèle bien chiffonnier de l’histoire, tout occupé à recueillir le rebut, mais c’est aussi par le biais de cette critique du progrès qu’il se verra accoler l’étiquette de « réactionnaire » — c’est qu’il y a aussi une histoire des luttes d’émancipation et/ou de libération qui est toujours susceptible de sécréter un reste, autrement dit de rejouer, sur le mode mineur, une histoire des vainqueurs. Attentif aux formes des luttes et à leurs effets d’exclusion, Pasolini s’avère en cela aussi fort utile pour notre temps, indiquant la tendance propre aux mouvements d’émancipation consistant à identifier des formes et des pratiques sociales révolues (au moins sous certaines latitudes) à des attitudes en soi rétrogrades, voire obscurantistes.

Haut de page

Image1

Table des matières

Introduction

Première partie : Sous la langue de l’irréalité, les corps

1) Les corps reviennent dans un cri
1.1 Les « purs parlants » reviennent « comme un boomerang »
1.2 L’expressivité contre l’instrumentalité
1.3 La langue orale comme langue des corps
2) Le monde revient dans un Nom
2.1 L’école proustienne de la traduction
2.2 La traduction comme transposition
3) La question de ce qui revient
3.1 Les dangers du concept pasolinien de « mémoriel »
3.2 Le « cri » envisagé comme un Urphänomen

Deuxième partie : Dans les interstices du « pseudo-récit », la rupture anachronique

1) Faire de la notion pasolinienne de « pseudo-récit » un concept
1.1 La définition pasolinienne du « pseudo-récit »
1.2 Déplacer et conceptualiser la notion de « pseudo-récit »
2) Le temps du « pseudo-récit » en littérature
2.1 Pétrole comme « pseudo-récit »
2.2 La répétition miraculeuse
2.3 Le recours à l’anachronisme
3) Temps et récit dans la Trilogie
3.1 La Fragmentation du récit
3.2 Le narrateur du Décaméron et des Contes de Canterbury
3.3 L’absence de narrateur dans les Mille et une nuits
4) Usages cinématographiques de l’anachronisme
4.1 Le scénario du Saint Paul
4.2 La contamination de temporalités hétérogènes – le film Porcherie
4.3 Puissances de l’anachronisme – Salo ou l’autréférentialité brisée in extremis
5) Usages théâtraux de l’anachronisme
5.1 Le théâtre pasolinien – plus latin que brechtien
5.2 Le cinéma réalisant les potentialités du théâtre pasolinien
6) Théâtre et histoire
6.1 La question de la représentation
6.2 Une reprise paradoxale et allégorique du mythe

Conclusion

Bibliographie et filmographie

  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Paris Art
  • Logo crossXwords
  • Logo Rheinsprung11
  • Logo Intermédialités
  • Revues.org