Navigation – Plan du site

Trouer la membrane. Penser et vivre la politique par des gestes

Éditions l’Harmattan, coll. Esthétiques, juin 2012, 236 pages
Philippe Roy

Résumé

Nous sommes à l’âge de la membrane, telle est une des thèses politiques que défend et explicite ce livre, ce concept se réclamant à la fois du biopouvoir de Foucault et des analyses de la membrane qui caractérise le vivant selon Simondon. Cette membrane est entrée, après la Seconde Guerre mondiale, dans une nouvelle époque, celle du « vivantisme » (où toutes les formes de vie se valent), du néolibéralisme et des réseaux financiers. Est-ce à dire que toute politique n’est plus que branchée sur la membrane, productrice de celle-ci ou résistance à ses déchirements ? Mais ce serait oublier que la politique dépend de gestes, autre thèse de ce livre. Même la membrane a son geste. L’auteur définit l’émancipation par l’effectuation de véritables enchaînements de gestes en résonance avec d’autres (champ, chair, espace gestuel). Or, puisque la membrane n’est pas émancipatrice, tout geste-événement ouvrant un champ est un trou dans la membrane. Il n’est donc pas question de résister mais de trouer la membrane.

Haut de page

Image1

Couverture : Stéphane Blondeau. Détail tableau, œuvre de la série « sous les toits », 2009.

Table des matières

Introduction

Des gestes politiques

Penser le geste avec Pierre Rivière

Typologie et logique des gestes de contre-conduite

L’éclipse des gestes politiques. Lectures de Giorgio Agamben

Notre membrane. La communauté

Vous avez dit « membrane » ?

Individu et communauté chez Spinoza

La verticale et Hobbes

« Le Principe de fluidité va s’immiscer partout »

D’autres membranes, trouées

Les gestes des Lip

Misère de nos gouvernements

Pour une membrane trouée

  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Paris Art
  • Logo crossXwords
  • Logo Rheinsprung11
  • Logo Intermédialités
  • Revues.org