Navigation – Plan du site

Art, histoire et signification. Un essai d’épistémologie d’histoire de l’art autour de l’iconologie d’Erwin Panofsky

Éditions l’Harmattan, coll. Esthétiques, mars 2012, 312 pages
Audrey Rieber

Résumé

Ni monographie sur Panofsky, ni essai d’histoire de l’histoire de l’art, cet ouvrage entend dégager les soubassements méthodologiques de l’un des discours majeurs sur l’art : l’iconologie. Ni ultime critique, ni tentative de réhabilitation, il s’agit d’analyser cette branche de l’histoire de l’art qui s’intéresse à la signification et d’interroger comparativement les histoires de l’art de Riegl, de Wölfflin, de Warburg et de Worringer. Au-delà de la clarification épistémologique d’une discipline problématique, le souci de nourrir la réflexion (sur l’art) de sources non philosophiques permet de reconsidérer les questions traditionnelles de l’esthétique (la création, la réception, la norme, le beau, l’imitation, le goût, le génie, les influences). Enfin, l’examen conjoint des positions de Kant, Hegel, Cassirer, Dilthey, Fiedler et des écrits historiques et théoriques des grands représentants de la Kunstgeschichtecontribue à relancer le questionnement philosophique, puisqu’avec les problèmes de la définition de l’œuvre d’art, du sens de l’histoire et des rapports entre texte et image et pensée et visualité, c’est la constellation entre art, histoire et signification qui est en jeu.

Haut de page

Image1

Table des matières

INTRODUCTION. POUR UNE EPISTEMOLOGIE DE L’ICONOLOGIE

PREMIERE PARTIE. L’ŒUVRE D’ART ET SES SIGNIFICATIONS

Premier chapitre. Image et langage. De l’iconographie

Première section. Qu’est-ce que l’iconographie ?
Description pré-iconographique – Analyse iconographique.

Deuxième section. L’œuvre d’art comme langage

Troisième section. De l’autonomie du visuel
Critiques traditionnelles de l’iconographie – Texte et image – Les formations par analogie – Panofsky et Winckelmann – Image et matière.

Deuxième chapitre. L’œuvre d’art et sa signification. De l’iconologie

Première section. L’œuvre d’art, expression d’une culture. La mentalité de base
Qu’est-ce que l’iconologie ? Un exemple de mentalité de base : l’esprit anglais – Art et société : paradigme, habitus et dispositif.

Deuxième section. L’œuvre d’art comme symptôme : Panofsky et Warburg
Aux frontières de la discipline – Du symptôme chez Panofsky – Le concept warburgien de symptôme – L’usage panofskyen des formules du pathos.

Troisième section. Art et forme symbolique. Déplacement d’un concept cassirérien
Du concept de forme symbolique – Activité de l’esprit versus signification des œuvres d’art – Philosophie versus histoire – Art versus œuvres d’art – Forme et fond. La critique de Wölfflin.

Troisième chapitre. Une approche transcendantalophilosophique de l’art : le concept du Kunstwollen

Définition du Kunstwollen – Histoire de l’art et théorie transcendantale de l’art : une science interprétative de l’art – Réfutation de l’interprétation psychologique du Kunstwollen – Objectiver – Fonctions du concept du Kunstwollen. Clore l’explication – De l’autonomie de l’art.

DEUXIÈME PARTIE. L’OEUVRE D’ART : OBJET ESTHÉTIQUE, OBJET HISTORIQUE

Premier chapitre. Art et normes

Première section. De l’imitation

Deuxième section. Des normes esthétiques

Troisième section. Du beau

Quatrième section. De l’objectivité de l’histoire de l’art
Des jugements de goût de l’historien – Intention et récréation, ou de l’histoire de l’art comme science humaine – Une définition humaniste de l’œuvre d’art – De l’intention esthétique – Qu’est-ce qu’un chef-d'œuvre ?

Deuxième chapitre. Voir une œuvre d’art

Première section. Jugement de goût et jugement de connaissance

Deuxième section. Du « logocentrisme » de Panofsky. Langage, image et signification
Panofsky et panofskyens – Pensée picturale et pensée discursive – Une iconologie de l’art abstrait ? De la représentation.

TROISIÈME PARTIE. DE LA CRÉATION. LIBERTÉ, NÉCESSITÉ, TEMPORALITÉ

Premier chapitre. Liberté artistique et nécessité historique

Première section. Du génie
Du génie – Critique de la notion d’influence.

Deuxième section. L’artiste et son temps

Troisième section. Historicité, nécessité, dialectique
La périodisation – Nécessité du cours de l’histoire – Une dialectique de problèmes artistiques.

Quatrième section. Survivance et chronologie. Warburg et Panofsky
Le concept warburgien de survivance – La conception panofskyenne de la Renaissance.

Deuxième chapitre. Penser l’art dans l’histoire

Première section. Habitus, génie et influences
La notion d’habitus – Fonction des concepts d’influence et de génie – L’artiste et ses sources.

Deuxième section. De la reconstruction historique
Mutations, pseudomorphoses et recréations – Une nécessité a posteriori.

Troisième section. L’ « hégélianisme » méthodologique de l’historien d’art
Préambule : pas d’ « application » de la philosophie spéculative – Éléments dialectiques chez Burckhardt, Riegl et Wölfflin – Autonomie de l’art, contextualisation, historisation – Philosophie hégélienne ou esthétique psychologique – Penser l’histoire : négativité, synthèses, téléologie.

CONCLUSION. HISTOIRE, PHILOSOPHIES, MÉTHODOLOGIE

BIBLIOGRAPHIE

  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Paris Art
  • Logo crossXwords
  • Logo Rheinsprung11
  • Logo Intermédialités
  • Revues.org