Navigation – Plan du site

Mémorial immémorial

Jean-François Lyotard

Notes de la rédaction

Ces notes ont été rédigées par Jean-Louis Déotte à partir des notes manuscrites de Jean-François Lyotard. Jean-Louis Déotte à propos de ce texte : « Ce texte a été publié une fois à la suite d’un colloque philosophique franco-allemand qui avait eu lieu à Wolfenbüttel dans la Herzog August Bibliothek du 24 au 29 octobre 1987. Il n’y a pas de date d’édition, mais je penche pour 1988. Je certifie le texte puisque je l’avais retranscrit à partir du manuscrit de Lyotard et l’avais présenté en l’état lors du colloque. Les textes de ce colloque avaient été réunis par Ulrich Johannes Schneider de l’Institut für Philosophie de Berlin, diffusé par le Collège international de Philosophie à Paris, tiré en 100 exemplaires ».

Texte intégral

1Auteur et réalisateur : Jean-François Lyotard

252 minutes / 16 mm

3JBA Production / Jacques Bidou / avril 1987

1. Genèse du projet

4L’occasion du projet de film Mémorial immémorial est donnée par la création d’un musée Mémorial de la bataille de Normandie à Caen sur l’initiative du sénateur-maire, monsieur Girault.

5Le Collège international de philosophie en contact avec les directions ministérielles et régionales de la Culture et de la Communication manifeste son intérêt. (Jean-Louis Déotte, Bernard Stiegler, Jean­François Lyotard).

6Les thèmes Mémoire / Archive / Musée, Technologies nouvelles / Média, Guerre / Droit, sont inscrits dans les priorités de recherche du Collège avec intervention en réel.

7La bibliothèque publique d’information du Centre Pompidou et le service audio-visuel du CNRS sont intéressés à leur tour.

8Plusieurs mois de délibération entre les parties conduisent au projet actuel d’un film de 52 minutes.

2. Fiche de lecture du film

92. 1. Objet : la bataille de Normandie et sa mémoire filmique

102. 2. Argument : à l’occasion de cet « objet » le film posera les questions suivantes.

112. 2. 1. Qu’est-ce qu’un « produit mnésique » ? C’est-à-dire un objet sur lequel le souvenir se fixe, ou : un objet produisant un « effet-mémoire ».

122. 2. 2. Qu’est-ce qu’un tel « produit » quand il est obtenu par le cinéma, c’est-à-dire par un média à vocation d’« effet réalité » et d’« œuvre d’art totale » ?

132. 2. 3. Qu’est-ce qu’un film mnésique quand le passé à fixer sur lui est :

  • collectif (communauté / singularité)

  • éminent (la bataille de Normandie a ponctué éminemment la seconde guerre mondiale)

  • surchargé (cette guerre est une ponctuation dans une crise qui bouleverse l’Europe et tous les pays « développés » au moins

142. 3. Problématique : trois problèmes intriqués

152. 3. 1. Qu’est-ce que se souvenir ?

16Il y a au moins trois mémoires : mémoriale, objective, subjective.

17Et il y a l’oubli, au sens fort, c’est-à-dire impliqué dans toute remémoration.

182. 3. 2. Qu’est-ce qu’une bataille moderne ?

19Point ou ligne d’affrontement des flux d’énergie (les plus divers) qui s’opposent depuis longtemps (crise mondiale depuis la fin des années 1920).

20La résultante de cette composition violente des forces est le « nouvel » état des sociétés après coup (le nôtre). mais n’y a-t-il pas des énergies non impliquées dans l’affrontement et qui échappent au résultat ? Oubliées ?

212. 3. 3. Qu’est-ce qu’un film mnésique ?

  • Le simulacre d’un passé (la représentation de Bataille)

  • Mais le propre de la simulation filmique narrative est de produire l’« effet réalité »

  • L’« effet réalité » n’empêche-t-il pas de produire l’« effet mémoire » ? Le film narratif engendre un trop de présence. Ce que l’événement met en absence est oublié.

222. 4. Méthode : articuler les trois paradoxes autour de l’axe Présence / Oubli, en les inscrivant sur tous les registres du film :

232. 4. 1. Topique

24Présence : le front (militaire) est la ligne d’affrontement des énergies et le miroir de leur face à face. Le film à l’écran est le miroir où la communauté s’identifie comme le résultat de l’affrontement.

25Oubli : l’« arrière » (civil, « planqué »), est le non-front, l’effronté, le hors miroir et donc le hors-film. La présence et la guerre (totales) exigent la suppression de tout « arrière ». L’administration de l’« arrière » est sa Vernichtung (son anéantissement, terme SS pour l’extermination) et sa Verneinung (sa dénégation, terme freudien pour le refoulement originaire) : l’extermination ne se connaît pas comme telle. (voir Kafka, le Château).

26Quel film pour montrer cette planque ?

272. 4. 2. Thématique (iconologique)

28Présence : les véhicules (l’énergie comme mouvement) et les logements (statique) d’affrontement : automitrailleuses, chars, navires, avions, missiles ; bunkers, murs, tranchées – tous sous le régime du « bondir », « projeter ». Soleils.

29Oubli : véhicules et logements d’effacement : camions gazage, convois de trains ; barraques chambres (à gaz), bureaux – tous sous le régime du « défaillir », « throw away », « stationner », « disparaître ». Trous noirs.

302. 4. 3. Rythmique

31Présence : vitesse (avec la lenteur dans la vitesse : approche de l’affrontement. La flotte alliée dans la Manche), explosion, action.

32Oubli : lenteur (avec la vitesse dans la lenteur : bremze laufschritt, in Shoah p. 132 et 135 : on court vers les chambres), implosion, méditation.

332. 5. Enjeu

34- montrer qu’à l’« arrière » de l’enjeu de la Guerre et de la Bataille, ce qui est en jeu est d’anéantir « l’arrière » comme lenteur, méditation, temps « perdu ».

35- les grands traits de la tradition judaïque : alliance, promesse, incrédulité, « passibilité » à l’événement, lecture et perlaboration de l’événement, anamnèse, désert comme absence de frontière (de front) itinérance comme absence de stratégie – c’est cet élément de sa propre tradition de vie et de pensée que la Solution finale veut faire oublier à l’Europe. « Triomphe de la Volonté ».

36- Le nazisme a été vaincu sur le front de guerre, il a gagné sur le non-front de l’« arrière ». Toutes les valeurs citées (dans la tradition judaïque, comme paradigmes de l’« arrière ») sont détruites dans la société d’après-guerre, qui est la nôtre (cf. Syberberg, Hitler, un film d’Allemagne). Triomphe des valeurs de volonté, auto-affirmation, contrôle techno­scientifique, mémoire « utile ».

37- Le succès du cinéma participe à ce triomphe. Le film comme média fait « oublier », il mémorise l’utile (les informations et les sentiments utilisables). Est-il possible de faire un film média qui montre cet oubli, cette dénégation ?

382. 6. Genre

39- Disons : critique. Film de montage : ni fiction (plaisir), ni documentaire (information), ni « film d’histoire » (pédagogie).

40- Subordonner les documents visuels et sonores à l’éclaircissement des problèmes (cf. 2. 3.). Pas de « bavardage » et pas d’« hermétisme » (cf. 2. 7.)

41- Principe : des spectateurs très divers ne peuvent partager, au sujet de la mémoire de la bataille de Normandie, qu’un ensemble de questions (actuelles) portant sur la signification de cette Bataille et sur les modalités de son souvenir (cf. 2. 3., 2. 4.). L’accent placé sur l’« Oubli » doit ouvrir le champ à cette interrogation. Chacun doit être renvoyé à sa réflexion.

422. 7. Destinataire

43Grand public, international.

44L’hypothèse à suivre est celle d’une diffusion par satellite et / ou câble. Seront touchés : population régions Normandie, Bretagne.

45Public anglais, allemand, canadien, US, etc. Anciens combattants des forces engagées (Allemagne, Canada, France, GB, USA, etc.).

46Scolaires, étudiants, enseignants : Europe et Amérique du Nord.

47Historiens, archivistes et métiers de documentation, professionnels du cinéma, politiques.

3. Esquisse de découpage

48Cinq moments, soit en moyenne 10 minutes chacun.

493. 1. Le mémorial édifie la figure de l’héroïsme (héroïsme du vouloir). Dans la Bataille, des énergies s’affrontent, se dressent et concluent. Le genre épique, la rhétorique de l’éloge imposent l’auto-identification d’une communauté à elle-même, en mobilisant toutes les passions (y compris pour la « belle mort »).

503. 2. Le cinéma comme équivalent de la Bataille : il mobilise les genres et les quantités en vue de « réaliser » une œuvre d’art totale. Il est un miroir destiné à focaliser l’auto-identification et l’auto­légitimation. Le spectateur sort « renforcé ».

513. 3. Deuxième mode de la mémoire : l’histoire scientifique. La Bataille prise comme objet de connaissance (et non plus d’identification) : les « causes » et les « effets » économiques, sociaux, politiques. Les petits hasards (météo sur la Manche, le 6 juin à l’aube).

523. 4. La troisième mémoire : la « tranche de vie », la petite histoire, le non-héros épique : tragi-comique, tragique. Drame vie quotidienne.

533. 5. Le déni, l’oubli, l’immémorial : l’« arrière » comme trou noir. Méditatif. Ici : l’extermination cachée sous l’affrontement.

4. Principe du rythme

544. 1. Sur 52 minutes, aller du mode majeur vers le mode mineur.

554. 2. Analogue son : aller de l’Héroïque, ou IXe Symphonie (Beethoven), ou Hymnen (Stockhausen) à la Hatikva (le chant que chantent les juifs tchèques en entrant dans les chambres à gaz). De l’éloquence sacrificielle au mutisme du « désastre » (avec évidemment des contre-points et des soupirs : le moment 2, par exemple).

564. 3. Analogue image-mouvement : aller du dense-rapide au lent-désertique (ici aussi des décalages : 1e moment 3 doit être « dérythmé » parce que sa finalité est explicative, le moment 2 sera « contre rythmé » selon sa finalité réflexive-critique).

574. 4. Analogue iconologique : aller du véhicule d’affrontement du Tout avec lui-même au véhicule d’administration du Rien (cf. 2. 4. 2.).

584. 5. Analogue style : aller du médium-mémoire cosmique (Napoléon d’Abel Gance) au médium-mémoire impossible (Shoah, Lanzmann).

594. 6. Analogue ton voix : de l’éloquence à la méditation.

604. 7. Les grands rythmes devront ne pas se singer les uns les autres, mais se décaler (syncopes, temps « morts », etc.), pour donner le rythme d’ensemble.

5. Réalisation

615. 1. Auteur et réalisateur : Jean-François Lyotard

62Assistants :

  • Jean-Louis Déotte (sociopolitique, iconographie)

  • Sylvie Dreyfus (documentation filmique)

  • Michel Enaudeau (coordination, documentation écrite)

  • Bernard Stiegler (documentation techno-scientifique)

63Un conseil d’historiens : deuxième guerre mondiale, économies et sociétés contemporaines, histoire du IIIe Reich.

645. 2. Plan de travail

65Mise en route de la recherche d’archives : juillet à décembre 1987

66Visionnage et établissement du texte définitif : décembre 1987

67Tournage et montage : janvier-mars 1988

68Mixage : avril 1988

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Lyotard, « Mémorial immémorial », Appareil [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 20 décembre 2012, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://appareil.revues.org/1503 ; DOI : 10.4000/appareil.1503

Haut de page

Droits d’auteur

contrat creative commons

Haut de page
  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Paris Art
  • Logo crossXwords
  • Logo Rheinsprung11
  • Logo Intermédialités
  • Revues.org