Navigation – Plan du site

Alain Naze, Temps, récit et transmission chez W. Benjamin et P. P. Pasolini

Walter Benjamin et l’histoire des vaincus
Éditions l’Harmattan, coll. Esthétiques, février 2011, 348 pages

Cherchant à mettre en place de véritables passages entre Walter Benjamin et Pier Paolo Pasolini, cet ouvrage fait entrer les deux œuvres dans un profond rapport de résonance, tout en respectant la singularité de chacune. Si le dispositif emporte par conséquent les deux pôles vers un devenir-autre, il évite cependant tout processus d’amalgame, en recourant à la mise en place de problématiques communes, qui permettent le déploiement d’un plan au sein duquel jouent les écarts comme les affinités entre Benjamin Pasolini - plan dessinant ainsi les linéaments d’une « grande identité » à venir. C’est essentiellement à partir de la question du langage que s’est révélé le nouage le plus profond entre les deux œuvres, les résonances les plus marquantes qui se feront ensuite jour, en dérivant d’une façon ou d’une autre qu’il s’agisse de la question du cinéma, de celle de l’origine, ou encore de l’histoire elle-même.
Consacré à Walter Benjamin, ce volume propose un parcours au sein de son œuvre, qui soit susceptible de mettre en place les problématiques au moyen desquelles les deux pôles du dispositif pourront en effet consoner.

Table des matières

Introduction

Première partie : Du plaisir de raconter à l’impossibilité de raconter

I. Langues, dialectes ; oralité, écriture ; le nom, le mot. Approche philosophique, théologique et poétique du langage
1) L’articulation langue parlée/langue écrite
2) Le triomphe du journalisme
3) Retrouver le « Nom » ?

II. Le langage comme vérité éclatée
1) Plutôt traduire
2) La traduction en acte
3) Langage et connaissance

Deuxième partie : Les récits brisés de la modernité (le temps du pseudo-récit)

I. Le fil perdu du récit
1) En ce temps-là 160
2) Aura/déclin de l’aura et temporalité
3) Les oreilles fermées à la cire

II. Des « pseudo-récits »
1) Raconter quand même
2) Des manières de raconter encore à inventer ? Le théâtre

Troisième partie : Dynamiter le temps du Grand récit des vainqueurs

1) Le livre des Passages comme allégorie du xixe siècle
2) Les thèses sur l’histoire
3) Remémoration et histoire (Ce que l’historien peut apprendre de Proust)

Conclusion

  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Paris Art
  • Logo crossXwords
  • Logo Rheinsprung11
  • Logo Intermédialités
  • Revues.org