Navigation – Plan du site

Sylvain Sangla, Politique et espace chez Henri Lefebvre

Sylvain Sangla

Résumé

Ce travail se propose d’étudier les théories lefebvriennes de l’espace, de la ville et de l’urbain. Il analyse dans un premier temps les six livres consacrés par Henri Lefebvre à cette problématique : Du rural à l’urbain (paru en 1970 mais contenant des articles allant de 1949 à 1969), Le droit à la ville (1968), La révolution urbaine (1970), La pensée marxiste et la ville (1972), Espace et politique (1973), La production de l’espace (1974). Nous analysons ensuite la trentaine d’articles, de communications, de chapitres d’ouvrages et de films, consacrés à ces thèmes par Lefebvre jusqu’à sa mort. Nous poursuivons par l’analyse de la tétralogie De l’État ainsi que des articles portant sur la critique de l’État et sur l’autogestion, nécessaires pour bien comprendre les théories lefebvriennes de l’urbain. Dans une quatrième étape, nous étudions ensuite les principales réactions aux travaux lefebvriens sur l’espace et l’urbain (des situationnistes aux recherches internationales actuelles). Dans une dernière étape, nous essayons d’appliquer les principes et idées lefebvriens à l’analyse de la situation mondiale actuelle de la ville et de l’urbain. Les acquis de nos recherches consistent finalement dans : la vérification de l’importance de l’œuvre lefebvrienne (notamment en ce qui concerne l’espace, la ville et l’urbain) ; l’examen du marxisme anarchisant lefebvrien, qui permet la compréhension des contradictions actuelles et des révolutions possibles ; la précision du lien consubstantiel existant entre les analyses lefebvriennes de l’espace et l’autogestion ; la vérification d’une convergence entre la pensée de Lefebvre et celle de Deleuze.

Haut de page

Texte intégral

1Soutenue le 10 décembre 2010 à l’université de Paris 8 Saint-Denis
Sous la direction du Professeur Jean-Louis Déotte
Jury :
Monsieur le professeur Alain Bertho, professeur d’anthropologie, université de Paris 8
Monsieur le professeur Guy Burgel, professeur de géographie, université de Paris 10
Monsieur le professeur Jean-Louis Déotte, professeur de philosophie, université de Paris 8
Monsieur le professeur Franck Fischbach, professeur de philosophie, université Nice-Sophia-Antipolis

2Messieurs les membres du jury, c’est avec une émotion au moins double que je m’adresse à vous aujourd’hui. Émotion tout d’abord car Daniel Bensaïd, qui m’avait fait l’honneur de diriger ce travail, et qui le fit durant deux ans et demi avec un regard à la fois exigeant et bienveillant, n’est hélas plus parmi nous aujourd’hui. Il me manque, comme il manque déjà à la recherche philosophique marxiste, française et internationale. En dirigeant ce travail, il avait l’impression de boucler une boucle, ayant lui-même soutenu sous la direction de Lefebvre à Nanterre une maîtrise qui portait sur La crise révolutionnaire chez Lénine. Émotion également, car mon travail a pour but essentiel de remettre en lumière l’œuvre si importante et pourtant fort négligée de Lefebvre.

3Pourtant, il ne me semble pas qu’à l’origine de ce travail se trouve une admiration inconditionnelle de cette œuvre. Il s’agit plutôt de la reconnaissance de l’importance des concepts et des théories lefebvriens pour la compréhension et la maîtrise du monde moderne. Deux questions simples d’apparence, une locale l’autre mondiale, ont motivé l’étude des six ouvrages (allant du Droit à la ville en 1968 à La production de l’espace en 1974) consacrés à l’espace, à l’urbain et à la ville par le philosophe sociologue : où sont passés les pauvres à Paris ? Quels sont les effets anthropologiques et politiques du phénomène mondial d’urbanisation ?

4Trouver des éléments de réponse dans l’œuvre lefebvrienne nécessitait d’en suivre le détail, en étudiant les évolutions conceptuelles. Cette analyse linéaire chronologique comportait le risque d’une perte dans le détail, mais il me semblait (ainsi qu’à Daniel Bensaïd) préférable au risque de survol synthétique « résumant » les théories lefebvriennes, comme le font nombre de commentateurs (parfois en une ou deux pages !). On pourrait alors peut être assimiler cette partie centrale de notre thèse à l’appareil critique d’une édition. Notre but n’était de toute manière pas de proposer une interprétation nouvelle, mais de faire quelques remarques autour de ces textes, d’en faire une recension afin de contribuer à un débat important en mettant en avant les éléments de réponses lefebvriens.

5Si le plan de notre travail apparaît à certains comme peu académique, voire anarchique (à l’instar du style de Lefebvre lui-même), cela n’empêche pas que l’on puisse y trouver des moments synthétiques condensant les principaux concepts urbanistiques lefebvriens : ville/urbain, espace social, critique de l’urbanisme, centres/périphéries, révolution urbaine, droit à la ville, transfonctionnalité, espace vécu / espace perçu / espace conçu, habitat/habiter, espace abstrait, espace utopique, espace différentiel, représentations de l’espace / espaces de la représentation / pratiques spatiales, rythmanalyse, autogestion.

6Un autre pan la thèse (chapitre 9) s’essaye à une recension des principales réactions (positives ou critiques) aux théories spatiales lefebvriennes, des situationnistes aux courants anglo-saxons contemporains. La synthèse ayant été ici nécessaire, l’on pourra trouver cavalier de résumer les critiques d’un Manuel Castells ou celles de Jean-Pierre Garnier et Denis Goldschmit en une seule page. Ce serait oublier, d’une part, que ces auteurs ne font pas eux-mêmes justice à la richesse des thèses lefebvriennes. Et, d’autre part (comme Guy Burgel l’indique dans son ouvrage La revanche des villes), que dans le débat entre ces auteurs, la sociologie urbaine marxiste orthodoxe n’a pas trouvé de confirmation historique, contrairement aux théories lefebvriennes. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer comment Manuel Castells est passé de cette attitude hypercritique à un postmodernisme débridé, tombant dans tous les travers qu’il reprochait jadis, de manière indue, à Lefebvre. De la même manière qu’il méconnaissait autrefois les tentatives d’actualisation du marxisme par Lefebvre (dans le double sens d’évaluation critique et d’adaptation aux problématiques nouvelles), Manuel Castells nouvelle facture perd les concepts et théories marxistes, et du même coup la dimension politique du phénomène urbain. Si la dogmatique marxiste gelait naguère tout progrès de la connaissance au nom d’impératifs politiques surannés, le postmodernisme invertébré exclu, de nos jours, toute exigence d’action pratique. Lefebvre a su éviter ces deux écueils en défendant un marxisme critique non dogmatique, tandis que Manuel Castells sera finalement resté en deçà, puis se sera perdu au-delà de l’apport lefebvrien.

7Il aurait été également possible de développer les désaccords existant entre Lefebvre et Barthes à propos de l’espace japonais. On sait que le point de départ en fut la description de la place centrale du palais impérial de Tokyo comme le « cœur vide de Tokyo » par Barthes. Pour Lefebvre (dans le chapitre L’espace social de La production de l’espace), faire une telle description c’est méconnaître l’espace oriental en général et l’espace japonais en particulier. En effet, si l’on utilise des catégories occidentales binaires (plein opposé à vide) pour analyser cet espace, on rate dès lors la dialectique complexe qu’il instaure entre ces deux dimensions plein/vide. Il s’agit d’un rapport dynamique, d’une interpénétration des espaces sacrés, profanes, privés, publics (pensons aux bains publics ou à la faculté d’isolement des individus au sein d’un temple public). L’espace japonais est fait de modulations qui permettent une souplesse bien plus importante que celle de l’espace occidental rigide (voir par exemple dans les espaces intérieurs, le jeu des cloisons coulissantes transformant la forme et les usages d’une pièce). Ainsi, pour le métaphilosophe, cet espace japonais est un exemple possible « d’espace différentiel », ne hiérarchisant pas les espaces en espaces principaux et secondaires : ruelles, impasses transversales, etc. (New York est peut être de ce point de vue un archétype de ce genre d’espace) et n’opposant pas la nature à la culture (un jardin zen de Kyoto étant à la fois naturel et culturel). La lecture purement sémiologique de Barthes reste donc pour Lefebvre superficielle et ne fait pas justice à la richesse de l’espace japonais, à la fois saturé de signes et neutre, ouvert.

8Parmi les architectes, il y a deux noms qui reviennent régulièrement sous la plume de Lefebvre : Le Corbusier et Ricardo Bofill. Ces deux cas sont différents. Le Corbusier est un des créateurs de l’espace géométrique, abstrait et visuel de la modernité capitaliste. Avec, de manière simultanée, Wright, les constructivistes soviétiques et le Bauhaus, il met en place la dissociation des fonctions humaines (habiter, travailler, se récréer) dans et par le zonage, comme le résume bien La chartes d’Athènes. Si donc Lefebvre admire l’architecture du Corbusier, il critique de façon radicale son urbanisme.

9Ricardo Bofill n’est, quant à lui, pris que comme exemple d’une architecture capable de se préoccuper des implications sociales et politiques de ses constructions. Encore ne s’agit-il que du jeune Ricardo Bofill (notamment des projets non réalisés en banlieue de Madrid), doté d’une volonté utopique d’expérimentation, et non pas du Ricardo Bofill actuel, avec ses froids quartiers de villes nouvelles, ses galeries marchandes et ses théâtres vitrifiés. Lefebvre se montrant très critique de cette tendance néo-classique mortifère.

10Plus fondamentalement, Lefebvre semble parfois définir l’espace comme une « projection de la société et des rapports qui la constituent », alors qu’à d’autres moments, il fait de la « production de l’espace » un élément clé de la détermination de la forme d’une société donnée. Il n’y a là, selon nous, aucune contradiction mais rapport dialectique. L’espace n’est pas, en effet, une matière neutre (une sorte de ulé), il réagit sur la société qui le façonne. Ainsi, par exemple, les périphéries, lieux de relégation sociale, peuvent devenir ceux de révoltes et de création de nouvelles solidarités, alors que les centres-villes embourgeoisés et muséifiés voient fuir toute vie sociale spontanée.

11Certains points de notre travail ne sont que des pistes de recherche qui demanderaient à être développées. Il s’agit notamment des rapports entre la métaphilosophie lefebvrienne et la philosophie de Deleuze. Au-delà des différences qui existent entre ces pensées (l’espace possède pour Deleuze, penseur « géographique », une grande importance mais il peut aussi revêtir pour lui des formes négatives, comme le montre le processus ambivalent de la « territorialisation »), il faudrait examiner comment les stratégies spatiales participent chez les deux penseurs d’une politique anarchiste de la différence (les deux tomes de Capitalisme et schizophrénie et Le manifeste différentialiste étant les textes clés pour qui souhaite saisir cette problématique).

12Une autre piste à peine abordée (à mettre d’ailleurs en relation avec la précédente) est celle de l’autogestion. Concept et pratique aux multiples dimensions, dont la dimension territoriale n’est pas la moindre. Cette vaste problématique autogestionnaire débordait largement le cadre d’un tel travail et nos possibilités propres. Lefebvre affirmait d’ailleurs lui-même l’ampleur de ce chantier historique. Une citation extraite de sa communication au colloque de 1979 sur Le nouvel ordre intérieur à l’université de Paris 8 (quand celle-ci était encore physiquement et intellectuellement à Vincennes) nous l’indique clairement : « L’autogestion est une voie, une pratique, elle ne peut pas cesser, elle est quelque chose de perpétuelle, de perpétuellement en mouvement, de perpétuellement renouvelée. Ce n’est ni une recette ni une magie ni un mot d’ordre simple à appliquer, c’est une voie à frayer, quelque chose qui se trouve devant nous et qui doit être développée, c’est un terrain de luttes. ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Sangla, « Sylvain Sangla, Politique et espace chez Henri Lefebvre », Appareil [En ligne], Présentations de thèses, mis en ligne le 28 mars 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://appareil.revues.org/1185

Haut de page

Auteur

Sylvain Sangla

Professeur de philosophie au lycée Jean Rostand, VillepinteHenri Lefebvre, Espace, philosophie marxiste, urbanisme – participation des citoyens, politique urbaine

Haut de page

Droits d’auteur

contrat creative commons

Haut de page
  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Paris Art
  • Logo crossXwords
  • Logo Rheinsprung11
  • Logo Intermédialités
  • Revues.org