Navigation – Plan du site

La camera obscura
Philosophie d’un appareil

Éditions l’Harmattan, coll. Esthétiques, octobre 2010, 496 pages
Martine Bubb

Résumé

Rarement considérée pour elle-même, la camera obscura est annexée à la photographie et au cinéma. Cette thèse l’aborde en tant qu’appareil, se différenciant d’un simple dispositif. Quel est le monde de la camera obscura, comment pose-t-elle le problème de l’articulation entre réel et représentation ? Quelle pensée génère-t-elle, quels concepts implique-t-elle ? Nous avons tenté ici d’en déterminer la spatialité et la temporalité et, plus généralement, de comprendre sa philosophie.

Haut de page

Image1

Cette thèse porte sur la camera obscura en tant qu’appareil, un appareil se différenciant d’un simple dispositif par le caractère à la fois technique et poïétique. Dans cette optique, il nous importe moins de nous pencher sur la camera obscura en tant qu’outil pour savants ou artistes, que de réfléchir à la façon dont elle dépasse largement ce rôle, en structurant la pensée et la pratique. On pourra alors la considérer comme un appareil à part entière, au même titre que la perspective, le musée, la photographie ou le cinéma… Nous avons essayé de le démontrer en insistant plus particulièrement sur le rapport perspective / camera obscura, cette dernière semblant en effet paradigmatique d’une vision différente, non réductible à la perspective linéaire, qui transparaît dans l’art hollandais du xviie siècle puis dans la peinture romantique allemande du xixe. Si la camera obscura a été utilisée dès le Moyen Âge par les astronomes arabes, elle ne devient un appareil qu’au xviie, car elle génère alors de l’art, des significations, de la pensée… en particulier avec Kepler et Vermeer. Mais l’art hollandais a été longtemps ignoré ou étudié selon les critères de l’art italien, qui privilégie le dessin. C’est pourquoi il nous a paru nécessaire de faire sortir de l’ombre cette « oubliée de l’histoire » qu’est la camera obscura et avec elle, la couleur, la lumière, l’imaginaire… Quel est le monde de la camera obscura, comment pose-t-elle le problème de l’articulation entre réel et représentation ? Quelle pensée et quel sujet génère-t-elle, quels concepts implique-t-elle ? Nous avons tenté ici de déterminer la spatialité et la temporalité de cette entité technique et poïétique, et plus généralement de comprendre sa philosophie.

Table des matières

Introduction / Qu’est-ce qu’un appareil ?

Chapitre I : Optique et camera obscura
philosophies et théories de la vision

A. L’Optique dans l’Antiquité grecque
B. Les astronomes arabes. L’ère du dispositif

Chapitre II : Perspective et camera obscura
A. La théorie albertienne de la fenêtre
B. Vérité et transparence : les expériences de Brunelleschi
C. Léonard : l’œil comme camera obscura

Chapitre III : Kepler : une nouvelle vision
A. Contexte
B. Kepler. Une théorie révolutionnaire
C. La camera obscura à l’origine d’une vision picturale

Chapitre IV : L’Art hollandais
A. Quand la camera obscura devient un appareil
B. Les merveilles de la nature et des appareils
C. Vermeer. Une peinture de camera obscura
D. La thèse de D. Hockney et C. Falco

Chapitre V : Camera obscura et philosophie
A. Descartes et Newton : une vision « rationnelle »
B. Locke. L’Entendement est une chambre obscure
C. La monadologie de Leibniz

Chapitre VI : L’absorbement et l’inclusion
A. Les bulles de Peter Sloterdijk
B. L’absorbement psychique

Chapitre VII : La post-histoire de la camera obscura
A. Caspar David Friedrich
B. La camera obscura et l’abandon du « sujet »
C. L’importance du « sujet » au xixe siècle

Chapitre VIII Renversement et idéologie
A. Le confessionnal de Rousseau
B. Le Renversement

Chapitre IX : Vision et psychisme
A. Bergson. Mémoire et durée
B. Freud. La boîte noire de l’inconscient
C. Merleau-Ponty : la vision en acte
D. Le regard de Lacan
E. Lyotard. L’anamophose ou l’irruption du figural
F. Ehrenzweig. Vision focalisée et vision périphérique

Chapitre X : Camera obscura et photographie
A. Historialité
B. Le référent adhère. Roland Barthes et Walter Benjamin
C. Un appareil auratique
D. Chambre claire et lanterne magique
E. Fantasmagories
F. L’ombre

Chapitre IX : Camera obscura et cinéma
A. Spécificités cinématographiques
B. Le mystère de la chambre noire. Je t’aime je t’aime

Chapitre XII Camera obscura et arts contemporains
A. Raymond Bellour, la chambre et l’art de l’entre-images
B. Pratiques artistiques contemporaines

Chapitre XIII : Du dispositif à l’appareil

Bibliographie

Films cités et filmographie

Index des images

Table des matières

  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Paris Art
  • Logo crossXwords
  • Logo Rheinsprung11
  • Logo Intermédialités
  • Revues.org